22 juillet 2010 / 06:32 / dans 7 ans

LEAD 2 Credit Suisse dépasse les attentes au T2 sans convaincre

* Bénéfice net de CHF 1,59 md au T2

* De nombreux effets uniques déforment la lecture de comptes

* Prévoit des conditions d‘activité comparables au T3

* L‘action figure parmi les plus fortes baisses européennes

(complété avec cours de bourse, détails et réactions)

par Pascal Schmuck

ZURICH, 22 juillet (Reuters) - Credit Suisse CSGN.VX recule nettement jeudi en Bourse, après un deuxième trimestre qui soulève de nombreuses questions parmi les investisseurs, du fait qu‘il comporte une nuée d‘effets uniques.

Vers 08h45 GMT, l‘action se replie de 2,5% à 43,13 francs, pendant que l‘indice des valeurs vedettes .SSMI recule de 0,15%.

Le bénéfice net a légèrement progressé à 1,59 milliard de francs, après 1,57 milliard à la même période de l‘année dernière, mais les économistes tablaient sur 1,23 milliard de francs.

La période sous revue a toutefois bénéficié d‘un crédit d‘impôt de 522 millions de francs provenant d‘une “fusion d‘entités juridiques”, précise la banque dans un communiqué, faisant également état de “gains de valeur de 922 millions sur sa dette”.

L’établissement a également dû inscrire des charges de 447 millions de francs en raison de “prélèvements au Royaume-Uni sur la rémunération variable”, soit la taxe sur les bonus, et de 216 millions de provisions pour litiges.

Ce sont ces différents points particuliers qui divisent les analystes. “Beaucoup d‘effets ponctuels pour ce qui semble être un panorama mitigé”, souligne Teresa Nielsen à la Banque Vontobel.

Andreas Venditti, à la Banque Cantonale de Zurich, partage cet avis, ajoutant qu‘il remplace le titre par celui d‘UBS UBSN.VX dans le portefeuille de valeurs standards suisses.

Pour Mathias Bueeler, chez Kepler Capital Markets, “ces chiffres nous laissent quelque peu sur notre faim”. Et de blâmer la “mauvaise qualité des résultats”.

REVENUS FIXES À LA PEINE

Au niveau des différents domaines d‘activité, la banque privé a a enregistré un résultat avant impôts en recul à 874 millions de francs, tandis que la banque d‘affaire a vu le sien amputé de plus de moitié, à 784 millions de francs. La gestion d‘actifs a bouclé la période sous revue sur un excédent réduit de moitié, à 22 millions.

Le recul des activités obligataires, de matières premières et de change (Fixed Income, Currency, Commodities - FICC) a impacté les activités de la banque d‘affaires à hauteur de 32% sur un an.

Même si Credit Suisse a pu compenser avec le trading actions, la contreperformance ne passe pas inaperçue. “C‘est clairement décevant”, déplore Mathias Bueeler, alors que Teresa Nielsen rappelle que Credit Suisse a inscrit une charge de 200 millions pour cessation d‘activités dans le segment obligataire. L‘afflux net de capitaux au niveau du groupe s‘est élevé à 14,5 milliards, et à 13,8 milliards de francs dans la banque privée. Dans la gestion d‘actifs, Credit Suisse a inversé sa tendance pour enregistrer des rentrées à hauteur de 1,3 milliard, après des sorties de 4,1 milliards un an auparavant.

Les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un afflux net d‘argent de 14 milliards dans la banque privée et de 4,9 milliards dans la gestion d‘actifs.

Le ratio des fonds propres de base s‘est amélioré à 16,3% contre 15,5% à la même période de l‘exercice précédent mais marque un déclin par rapport aux 16,4% du trimestre précédent.

Le rendement des fonds propres s‘est légèrement amélioré à 17,8% mais il avait atteint 22,3% au premier trimestre.

Le coefficient d‘exploitation est resté stable à 78,3% mais il régresse par rapport aux 67,8% des trois premiers mois.

Quant à la marge nette, en hausse à 18,9% après 18,2%, elle recule elle aussi sensiblement par rapport aux 22,9% du premier trimestre.

“Nous sommes convaincus que notre stratégie est appropriée et résistera bien dans un contexte économique et un environnement de marché incertains et difficiles”, a déclaré le directeur général Brady Dougan dans le communiqué.

Le directeur des finances Renato Fassbind a précisé, lors d‘une téléconférence, qu‘il s‘attendait au troisième trimestre à des conditions similaires à celles du deuxième trimestre.

Pascal Schmuck, édition Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below