5 juillet 2010 / 10:17 / il y a 7 ans

LEAD 2 F. Télécom mise sur les émergents, 900mlns pour le social

* 10.000 salariés recrutés en France en 2010-2012

* Nouveau "contrat social" après la série de suicides

* Vise 300 millions de clients horizon 2015, contre 200 millions aujourd'hui

* A la recherche de partenariats dans les contenus

(Actualisé avec conférence de presse, déclarations de Stéphane Richard et Gervais Pellissier à Reuters)

par Marie Mawad et Leila Abboud

PARIS, 5 juillet (Reuters) - France Télécom FTE.PA a présenté lundi un nouveau plan de développement sur cinq ans qui vise à augmenter de 50% sa base de clients à l'horizon 2015, grâce notamment aux pays émergents.

Censé répondre au malaise révélé par une série de suicides de ses salariés, le plan stratégique prévoit une enveloppe de 900 millions d'euros sur la période de 2010 à 2012 pour les mesures sociales en France, ainsi que 10.000 recrutements.

L'opérateur télécoms, qui a réitéré sa prévision de huit milliards d'euros de cash-flow organique par an en 2010 et 2011, compte décliner ce projet en un plan financier d'ici à l'automne.

"On fait un plan à cinq ans parce qu'on estime que si on veut être crédible il faut qu'on ait le temps (...). On ne change pas la culture d'une entreprise en six mois ou un an", a déclaré Stéphane Richard, le directeur général du groupe, lors d'une conférence de presse.

France Télécom vise 300 millions de clients d'ici à 2015 sur l'ensemble de ses marchés, contre 200 millions aujourd'hui.

Il compte se renforcer dans les pays à forte croissance pour atteindre cet objectif, en Afrique et au Moyen-Orient, grâce notamment à des acquisitions, et il est en particulier prévu un doublement du chiffre d'affaires dans la zone "émergents" d'ici cinq ans.

En marge de l'événement, le directeur financier, Gervais Pellissier, a déclaré à Reuters qu'il n'y avait pas actuellement de discussion formelle pour une acquisition dans les pays émergents.

A LA RECHERCHE DE PARTENARIATS

France Télécom a fait savoir qu'il modifierait sa politique dans les contenus, qui misait sur l'acquisition de droits, pour privilégier des prises de participation minoritaires, ainsi que des partenariats industriels, de distribution et de recherche.

Pour les chaînes de télévision Orange Sports et Cinéma, Stéphane Richard a précisé que France Télécom n'avait pas vocation à rester actionnaire à 100%, et que le groupe comptait chercher un partenaire, notamment pour enchérir éventuellement sur les droits du foot en 2012.

France Télécom annoncera un grand partenariat "dans quelques semaines" dans la télévision, a précisé Stéphane Richard à Reuters, en marge de l'événement.

Il a ajouté que le groupe n'augmenterait pas globalement les moyens qu'il alloue aux contenus, et que l'enveloppe de l'ordre de 400 millions d'euros par an dans ce domaine n'était pas remise en cause.

Prié de donner des exemples de partenariats possibles, Stéphane Richard a cité des discussions exclusives "très avancées" en vue d'entrer au capital de Deezer, le groupe de diffusion de musique sur internet, à l'occasion du lancement d'un site commun.

"Ce qui est important, c'est d'être beaucoup plus large dans les contenus visés", a expliqué Stéphane Richard à Reuters, citant la presse et le livre numériques comme exemples.

SOCIAL

Très attendu par les organisations syndicales pour son volet social, le plan prévoit finalement 10.000 embauches en 2010-2012.

Cela implique une stabilisation des effectifs en 2010, puis une "légère érosion" en 2011 et 2012, a expliqué Gervais Pellissier en marge de la conférence de presse.

"Ce contrat social en France représente un investissement physique et dans le capital humain de l'entreprise (...). C'est un effort important qui montre la crédibilité de notre démarche", a quant à lui expliqué Stéphane Richard au sujet de l'enveloppe de 900 millions d'euros.

Dans un document de présentation aux analystes financiers, France Télécom précise que ce montant comprendra notamment 320 millions d'euros pour les embauches et 360 millions pour l'amélioration des conditions de travail.

Après avoir conclu avec les organisations syndicales des accords portant sur la mobilité et les retraites notamment, France Télécom est en cours de négociation de deux accords restants, l'un portant sur les conditions de travail et l'autre sur l'organisation de travail.

Des représentants syndicaux ont estimé que les négociations étaient plus difficiles sur ces deux volets, et notamment sur le sujet de la surveillance des salariés.

Vers 16h50, le titre progressait de 1,58%, à 14,43 euros, à comparer avec un recul de 0,26% de l'indice CAC 40 .FCHI.

Avec la contribution de Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below