Goldman Sachs abaisse ses prévisions pour le T2 des banques US

lundi 21 juin 2010 20h36
 

21 juin (Reuters) - Les banques américaines sont confrontées à un environnement difficile pour leurs opérations de marché, estiment les analystes de Goldman Sachs qui ont revu en baisse leurs prévisions de résultats les concernant pour le deuxième trimestre.

Les résultats des opérations de trading des banques américaines sur la période devraient afficher une baisse d'environ 20% par rapport aux trois premiers mois de l'année, estiment ces analystes.

"La rapidité du recul du marché a rendu les clients institutionnels comme ceux de la banque de détail davantage réticents au risque, bien qu'il y ait un désaccord sur le fait de savoir s'il s'agit d'un phénomène passager ou d'une tendance de long terme", écrivent les analystes qui jugent le deuxième trimestre "(...) mauvais" même s'il ne devrait pas y avoir de "catastrophe".

Les analystes de Goldman ont abaissé leurs projections de résultats pour la période à 54 cents par action contre 71 cents précédemment concernant Morgan Stanley (MS.N: Cotation), à 23 cents contre 28 cents auparavant pour Bank of America (BAC.N: Cotation) et à 74 cents contre 83 cents précédemment pour JPMorgan Chase (JPM.N: Cotation).

Les grandes banques américaines vont également devoir inscrire au deuxième trimestre une charge exceptionnelle liée à la mise en oeuvre d'une taxe sur les primes bancaires en Grande-Bretagne.

Il s'agit d'une taxe de 50% sur les bonus supérieurs à 25.000 livres sterling (30.000 euros) versés entre le 9 décembre 2009 et le 5 avril 2010.

Depuis l'annonce de la mesure, les différentes estimations évaluent à plus de deux milliards de livres le montant que les principales banques de la planète vont devoir régler.

Bank of America, numéro un du secteur aux Etats-Unis, estime à 465 millions de dollars le montant de cette charge. Citigroup (C.N: Cotation) table de son côté sur 400 millions de dollars.

JPMorgan et Morgan Stanley n'ont pas encore communiqué d'estimation de l'impact de la taxe britannique sur leurs résultats du deuxième trimestre.   Suite...