Kingfisher veut développer des petits magasins en centre-ville

lundi 21 juin 2010 17h48
 

LONDRES, 21 juin (Reuters) - Kingfisher (KGF.L: Cotation), le numéro un européen des magasins de bricolage et d'aménagement intérieur, envisage de développer sa présence en centre-ville grâce à de plus petits magasins.

Le groupe britannique cherche à se renouveller dans un environnement de marché qui reste difficile pour le secteur.

Son directeur général, Ian Cheshire, a déclaré lundi à Reuters que Kingfisher souhaitait étendre ce concept des petits magasins de proximité, déjà expérimenté en France et en Russie, à sa chaîne britannique B&Q dans les 18 prochains mois.

Ces nouveaux magasins rivaliseront avec les concurrents Homebase HOME.L, très présent dans la banlieue de Londres, ou encore Focus DIY.

Ian Cheshire s'est déclaré optimiste concernant la reprise de l'économie mondiale mais ne s'attend pas à une forte croissance dans le secteur du bricolage.

"Je ne serais pas du tout surpris de voir les marchés reculer légèrement ces deux prochaines années", a-t-il déclaré, au sujet de la Grande-Bretagne. Selon lui, le marché français, où le groupe est présent sous les enseignes Castorama ou Brico Dépôt, se porte mieux.

Kingfisher, qui possède au total 830 magasins dans huit pays, a entamé il y a un an et demi un plan d'économies sur trois ans, portant entre autres sur une augmentation des marges, la centralisation accrue des achats et le recours plus marqué aux centres de production à bas coûts d'Asie.

Ian Cheshire ne s'est pas montré inquiet de la décision prise par Pékin d'assouplir son régime des changes, voué à renchérir le coût des produits importés de Chine. (voir [ID:nLDE65K131])

Il a soutenu que l'appréciation du yuan serait progressive et n'empêcherait pas les produits chinois d'être toujours bien meilleur marché que les produits fabriqués en Europe. Le groupe pourrait toutefois également s'intéresser à d'autres pays de production à bas coût, comme l'Indonésie ou le Viêtnam, a-t-il précisé.   Suite...