9 juin 2010 / 07:06 / dans 7 ans

LEAD 2 Rémy Cointreau - L'environnement plaide pour la prudence

* Marge opérationnelle en baisse

* Dividende stable

* Prix et investissements publi-promotionnels encore en hausse en 2010-2011

* Champagne au moins à l’équilibre en 2010-2011

* Le titre en baisse

(Actualisé avec conférence de presse, commentaires d‘analystes)

par Noëlle Mennella

PARIS, 9 juin (Reuters) - Rémy Cointreau (RCOP.PA) a publié mercredi des résultats 2009-2010 impactés par un effet devise défavorable et au cours duquel il a accéléré ses hausses de prix et ses investissements publicitaires dans des conditions de marché difficiles.

Le numéro deux français des spiritueux compte encore les augmenter lors de l‘exercice entamé en avril, même s‘il considère que l‘environnement économique n‘est pas encore stabilisé.

Le groupe a estimé qu‘il était encore trop tôt pour communiquer des perspectives mais a indiqué que l‘impact de change pourrait être favorable en 2010-2011.

Lors d‘une réunion d‘information, Hervé Dumesny, le directeur financier de Rémy Cointreau, a évalué à une quinzaine de millions d‘euros l‘effet positif des taux de change cette année, alors qu‘ils ont coûté 6,8 millions en 2009-2010.

“Je pense que Rémy Cointreau n‘a pas été, depuis très longtemps, en situation aussi favorable, même sans prendre en compte l‘effet devenu positif des devises. Nous sommes très confiants”, a déclaré Jean-Marie Laborde, directeur général.

En Bourse, l‘action Rémy Cointreau a réagi en baisse. A 13h10, le titre abandonnait 2,73% à 41,825 euros alors que le SBF120 avançait de 0,67%.

Certains analystes attendaient un bénéfice opérationnel de 143 millions d‘euros pour l‘exercice 2009-2010 clos le 31 mars, supérieur aux 140 millions publiés par le groupe, et tablaient sur une croissance organique à deux chiffres de ce résultat qui n‘a finalement été que de 7,2%, explique un expert sous couvert d‘anonymat.

Le résultat opérationnel courant a augmenté de 2,2% en publié tandis que la marge opérationnelle ressort à 18,4% (organique) contre 19,2% l‘an passé.

CONFIANCE POUR L‘ASIE

Le résultat net part du groupe s‘est établi à 86,3 millions d‘euros, stable par rapport à l‘année précédente qui bénéficiait notamment d‘un effet positif non-récurrent de 13,6 millions d‘euros dû à la sortie du réseau de distribution Maxxium.

Le groupe propose de maintenir son dividende à 1,30 euro avec l‘option d‘un paiement en actions à hauteur de 50% du dividende ou d‘un paiement intégral en numéraire.

Laeticia Delaye (Kepler Equities), comme Christine Ropert (Gilbert Dupont), considère que les chiffres publiés sont globalement en ligne avec les attentes. Même son de cloche chez Oddo Securities.

Jean-Marie Laborde, le directeur général de Rémy Cointreau, a indiqué que le groupe restait prudent pour 2010-2011 compte tenu de l‘environnement économique.

Mais il a estimé que l‘Asie avait retrouvé ses taux de croissance d‘avant-crise et qu‘il restait confiant pour l‘activité du groupe dans cette région où il réalise 35% de ses ventes, notamment en Chine.

S‘agissant des Etats-Unis, le directeur général a indiqué que depuis près de six mois Rémy Cointreau avait constaté une reprise de ses activités dans cette région, sans retour toutefois aux niveaux d‘il y a deux ans.

“L‘Europe, c‘est une autre paire de manches. On est moins positif”, a ajouté Jean-Marie Laborde.

En ce qui concerne l‘activité champagne (Charles Heidsieck et Piper-Heidsieck), en perte opérationnelle de quatre millions d‘euros en 2009-2010, le directeur général anticipe qu’“au pire” elle devrait être à l’équilibre en 2010-2001.

“La conjoncture nous a fait prendre trois ans de retard dans le redressement de cette branche”, a-t-il dit.

Le ROC de la branche cognac, avec sa marque star Rémy Martin, s‘est établit à 105,9 millions d‘euros, en croissance organique de 37,8%, avec une marge opérationnelle à 27,6% en organique (25,7% l‘année précédente).

La branche “liqueurs et spiritueux” (Cointreau, Passoa, Mount Gay Rum et St Rémy) a réalisé un résultat opérationnel courant de 51,6 millions d‘euros, soit une marge opérationnelle à 25,8%.

La dette financière nette de Rémy Cointreau ressort à 501,4 millions d‘euros, en baisse de 30,5 millions d‘euros, permettant un ratio à 3,17 du covenant bancaire garantissant la disponibilité du crédit syndiqué du groupe.

Rémy Cointreau a conclu le 7 juin un placement privé auprès d’établissements bancaires pour un montant de 140 millions d‘euros à 5 ans au taux de financement fixe de 3.67%.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below