4 juin 2010 / 11:08 / dans 7 ans

LEAD 3 SG chute, craintes sur les dérivés et l'Europe de l'Est

* Des traders évoquent des inquiétudes concernant les opérations de la banque dans les produits dérivés

* Les intervenants évoquent aussi des spéculations sur la situation financière de la Hongrie

* la Socgen se refuse à commenter les rumeurs

* L‘action dégringole, le CAC 40 perd près de 3%

PARIS, 4 juin (Reuters) - Société Générale (SOGN.PA), affectée par des inquiétudes concernant les opérations de la banque dans les produits dérivés, plonge vendredi en Bourse de Paris, entraînant l‘ensemble des valeurs bancaires et accentuant la nervosité sur les marchés en Europe, rapportent des traders.

Plusieurs intervenants de marché jugent toutefois douteuses ces spéculations sur la Société générale et les replacent dans le contexte plus large des préoccupations suscitées par la situation financière de la Hongrie, dans un marché globalement très nerveux.

“Les marchés sont affectés par les craintes que la Hongrie fasse défaut et par les petites rumeurs sur la Socgen, qui entraînent les bancaires”, commente l‘un d‘entre eux. “Le marché est très nerveux et sensible aux moindres spéculations.”

“Hormis les inquiétudes sur la Société générale, il y a le stress que la Hongrie soit la nouvelle Grèce”, dit un gérant.

Vers 15h25, l‘action Société Générale perd 7,8%, à 31,51 euros, sous-performant son indice sectoriel européen .SX7P (-3,79%), et dépasse largement son volume habituel d’échanges quotidiens.

A ce cours, le titre atteint son plus bas niveau depuis avril 2009 et efface 14 mois de rebond.

“Cette spéculation est le symbole d‘une inquiétude sur les résultats de la banque d‘investissement au deuxième trimestre, qui devraient être moins florissants qu‘au premier”, commente l‘analyste d‘Oddo Securities Alain Dupuis.

“C‘est plutôt la thématique de la situation de l‘Europe de l‘Est qui pèse sur la banque, qui a 15% de ses actifs dans la région, y compris la Russie”, dit-il. “C‘est une inquiétude qui ressurgit et sur laquelle le marché n‘avait pas encore réagi”.

Parallèlement, le CAC 40, qui était en légère hausse tout au long de la matinée, affiche en début d‘après-midi une baisse de 2,67% à 3.462,42 points, sous son niveau de clôture de mercredi (3.501,50 points).

“Le marché a comblé le gap (écart) important qu‘on avait ouvert entre la clôture de mercredi et l‘ouverture de jeudi”, commente un intervenant.

Un porte-parole du Premier ministre hongrois a déclaré que les propos d‘un responsable politique évoquant la très faible chance du pays d’éviter une crise de la dette semblable à celle de la Grèce n’étaient pas exagérés. [ID:nLDE653139]

Interrogée sur des rumeurs de pertes sur le marché des produits dérivés, la Socgen s‘est refusée à tout commentaire.

“Si on avait quelque chose à dire, on l‘aurait dit”, a simplement déclaré une porte-parole.

“Ils ne commentent jamais ce genre de rumeurs qui revient tous les deux, trois mois”, souligne Brice Vandamme, analyste à la Deutsche Bank, sceptique sur la fiabilité de la rumeur.

La Société générale, qui a encore près de 35 milliards d‘euros d‘actifs toxiques, peine toujours à rassurer les marchés sur sa capacité à tourner la page de la crise.

Marie Mawad, Blaise Robinson, Matthieu Protard et Juliette Rouillon, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below