20 mai 2010 / 16:10 / dans 7 ans

Suez Environnement défend son positionnement géographique

* 78% du CA en Europe en 2009

* GDF Suez veut “maintenir” sa participation dans le groupe

PARIS, 20 mai (Reuters) - Suez Environnement (SEVI.PA) a défendu jeudi son implantation géographique très majoritairement européenne et la prudence de son modèle de développement dans les pays émergents. Le numéro deux mondial des services à l‘environnement a également souligné lors de l‘assemblée générale de ses actionnaires que la crise pouvait offrir des opportunités de développement en Europe, notamment dans le domaine des partenariats public-privé (PPP).

“L‘une des problématiques (des pays émergents), c‘est de savoir avec quel modèle de développement nous souhaitons être présents. Comme nous l‘avons expliqué à plusieurs occasions, nous cherchons à mettre en place des modèles d‘entreprises ou de contrats qui permettent de répondre à certaines incertitudes, qu‘elles soient réglementaires ou qu‘elles soient financières”, a déclaré son directeur général, Jean-Louis Chaussade.

“Nous sommes présents, mais avec des ‘business models’ qui consomment beaucoup moins de capitaux et donc avec des croissances qui paraissent plus faibles mais qui, en termes de positionnement, sont très importantes”, a-t-il ajouté en citant l‘exemple d‘une coentreprise que le groupe français détient à 50% en Chine.

“La crise peut aussi révéler des opportunités (en Europe de l‘ouest) (...) : si les communes, les régions ou les pays ont moins d‘argent, ils feront probablement plus appel à des PPP”, a encore déclaré Jean-Louis Chaussade.

Suez Environnement a réalisé 78% de son chiffre d‘affaires en Europe en 2009.

Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez GSZ.PA et président du conseil d‘administration de Suez Environnement, a en outre indiqué que le groupe énergétique plaiderait le moment venu “pour le maintien” de sa participation au capital du groupe de services à l‘environnement au-delà des cinq ans prévus par un pacte d‘actionnaires conclu en 2008. Cette participation s’élève à 35% environ.

OBJECTIFS ET PROGRAMME D’ÉCONOMIES CONFIRMÉS

Il a également fait savoir que l‘Etat, à sa connaissance, ne projetait pas de céder sa participation dans GDF Suez, dont il détenait près de 36% du capital à fin 2009.

Suez Environnement a en outre confirmé viser pour 2010 une croissance de son chiffre d‘affaires d‘au moins 5% et une progression de son résultat brut d‘exploitation (RBE) d‘au moins 8% par rapport à 2009, à taux de change constants, dans l‘hypothèse notamment d‘une croissance du PIB estimée à 1% pour la zone euro et d‘une prise de contrôle de l‘espagnol Agbar AGS.MC prévue pour la mi-2010.

Le groupe a également réitéré que son cash flow libre devrait être d‘au moins 0,7 milliard d‘euros en 2010 et ses investissements d‘un maximum de 1,3 milliard, avec 0,6 milliard supplémentaire lié à l‘opération Agbar.

Il a mis en place un programme de réduction de coûts pour la période 2010-2012, dont elle attend un gain net d‘Ebitda (RBE) de 250 millions d‘euros en cumulé sur trois ans par rapport à 2009.

La société vise en outre un ratio dette nette/RBE de l‘ordre de 3 à l‘horizon 2012, grâce notamment à la mise en oeuvre de son plan d’économies et à sa politique de “sélectivité” en matière d‘investissements.

Sa dette nette s’établissait à 6.551 millions d‘euros au 31 mars, en hausse de 4,3% par rapport à fin 2009, pour un ratio dette financière nette/RBE de 3,14 contre 3,05 au 31 décembre.

Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below