ABN Amro bénéficiaire au T1, lourde perte en vue au T2

jeudi 20 mai 2010 10h16
 

AMSTERDAM, 20 mai (Reuters) - La banque néerlandaise ABN Amro [ABNNV.UL], nationalisée pendant la crise financière, s'attend à plus d'un milliard d'euros de charges exceptionnelles dans ses comptes du deuxième trimestre, ce qui devrait la faire replonger dans le rouge après un premier trimestre bénéficiaire.

Le groupe a annoncé jeudi qu'il anticipait des charges de restructuration d'environ 475 millions d'euros avant impôt auxquelles s'ajouteraient 800 à 900 millions après impôt liés aux cessions imposées par l'Union européenne.

Il s'attend aussi à une augmentation des provisions pour créances douteuses.

En mars, ABN Amro avait déjà dit s'attendre à un exercice 2010 déficitaire.

Le gouvernement néerlandais a nationalisé en octobre 2008 les activités aux Pays-Bas du groupe belge Fortis, qui incluaient ABN Amro. Il a investi plus de 26 milliards d'euros dans ces activités, ce qui en fait l'un des sauvetages bancaires les plus coûteux entrepris dans le monde pendant la crise.

ABN Amro et Fortis Bank Nederland doivent fusionner juridiquement au troisième trimestre mais leur rapprochement opérationnel ne devrait pas être effectif avant la fin 2011.

Le gouvernement prévoit de privatiser l'ensemble en 2013 au plus tôt.

Au premier trimestre, ABN Amro Bank a plus que doublé son bénéfice net, à 178 millions d'euros. Les dépréciations sur le portefeuille de prêts et autres provisions sur crédit ont chuté de plus de 80%, à 45 millions.

De son côté, Fortis Bank Nederland affiche un bénéfice trimestriel de 73 millions d'euros alors qu'elle était en perte l'an dernier sur la même période.

(Ben Berkowitz, Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)