May 18, 2010 / 2:44 PM / 7 years ago

ANALYSE Les analystes jugent les bancaires en Europe survendues

5 MINUTES DE LECTURE

* Les valorisations intègrent un scénario économique noir

* Le marché attend confirmation de la reprise pour acheter

par Juliette Rouillon

PARIS, 18 mai (Reuters) - Les valeurs bancaires européennes, qui ont été très attaquées ces dernières semaines en raison des craintes sur la dette souveraine puis sur la croissance de la zone euro, sont désormais nettement sous-valorisées, estiment les analystes.

Convaincus que le plan de soutien à la Grèce écarte les risques de défaut des Etats du Sud de l'Europe, ces experts considèrent que même les scénarios macroéconomiques les plus pessimistes ne peuvent justifier les niveaux des cours actuels.

"Maintenant que le plan de soutien a écarté le risque de défaut des Etats, les valorisations prennent en compte un scénario de très faible croissance, voire de récession", commente Pierre Flabbée, analyste chez Kepler Capital Markets. "Le marché prévoit un retour aux pires mois de 2009.

L'indice Stoxx sectoriel .SX7P des banques européennes est retombé de plus de 13% depuis son point haut de l'année atteint le 15 avril, avec un recul plus de 15% pour Crédit suisse GSGN.VX et de près de 17% pour Deutsche Bank (DTEGn.DE) par exemple.

"Les banques européennes se traitent actuellement au niveau de leurs fonds propres et les banques françaises largement en-dessous, alors que leurs résultats trimestriels ont été très bons", s'étonne Elie Darwish, analyste chez Exane BNP Paribas.

"On pense que le mouvement de baisse a été exagéré. On a du mal à comprendre. Le secteur devrait rebondir", poursuit-il.

Un Potentiel De Rebond

Les banques françaises ont été parmi les plus affectées par la défiance, surtout la Société générale (SOGN.PA) et le Crédit Agricole (CAGR.PA), qui ont toutes deux une filiale grecque.

SocGen a chuté de plus de 19% depuis le 15 avril et de 23% depuis le début de l'année et Crédit agricole de 28% et 20%.

Bank of American-Merrill Lynch, qui reste à l'achat sur la banque française, souligne que Socgen a connu la plus mauvaise performance de son secteur en Europe pendant la correction et se traite avec une décote d'environ 20% par rapport à ses pairs.

Le broker juge cette sous-performance excessive, même avec un scénario macroéconomique pessimiste et table sur un rebond.

"Nous nous attendons à une revalorisation de l'action au cours des prochains mois du fait de la normalisation des marchés financiers et de la présentation aux investisseurs de son plan de marche le 15 juin", écrit Merrill dans une note de recherche.

Mais les intervenants attendent davantage de signes tangibles que les économies européennes sauront éviter à la fois l'écueil des dérapages budgétaires et celui de la récession.

"Les investisseurs seront donc très sensibles aux prochains indicateurs économiques. Il va peut-être falloir un peu de temps pour consolider une conviction un peu moins négative", estime Pierre Flabbée. "Si l'économie retombe, cela remettrait en cause l'amélioration des marges et la baisse des provisions constatées dans les comptes des banques au premier trimestre. C'est cette crainte qui empêche les cours des banques de rebondir."

"Il existe bien un upside, à condition que le plan européen soit assez convaincant et les politiques de rigueur assez bien calibrées pour ne pas faire replonger les économies européennes. Dans ce cas, les bancaires pourraient gagner 10%", a-t-il dit.

édité par Matthieu Protard

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below