Yell - Départ du DG et du directeur financier, l'action chute

mardi 18 mai 2010 11h53
 

PARIS, 18 mai Reuters - L'éditeur britannique d'annuaires téléphoniques Yell YELL.L a annoncé mardi le départ de son directeur général et de son directeur financier, ce qui a provoqué une dégringolade de son cours de Bourse.

Le groupe, qui a évité le dépôt de bilan en partie grâce à ces deux hommes, n'a pas donné les noms des remplaçants de John Condron, 60 ans, qui partira à la retraite après plus de 30 ans passés au sein de la société, et de John Davis, 48 ans, qui a déclaré vouloir poursuivre d'autres projets de carrière après dix ans au sein du groupe.

Les deux hommes quitteront le groupe en mai prochain.

Le titre dégringolait de près de 20% en fin de matinée, alors que l'indice du secteur des médias était en hausse de 0,5% et que le FTSE 100 .FTSE de la Bourse de Londres prenait 0,5% également.

"Ce n'est jamais facile de partir, mais je pense que c'est le bon moment", a affirmé à Reuters John Davis. "Le groupe est actuellement en bien meilleure forme qu'il ne l'a été pendant un moment".

"Investir dans ce groupe nous semble toujours très risqué, au regard des incertitudes cycliques, structurelles et désormais managériales auxquelles Yell est confronté", estiment des analystes de Numis dans une note.

Yell a également fait état d'une baisse de 14% de son chiffre d'affaires sur l'exercice et de 26% de son excédent brut d'exploitation, conformément aux attentes des marchés. Le groupe anticipe une diminution de 11% du chiffre d'affaires devrait encore diminuer de 11% au cours du trimestre.

"Même si la confiance est de retour, nos clients se montrent toujours nerveux concernant leurs dépenses publicitaires", indique Yell, en désignant tout particulièrement les petites et moyennes entreprises, qui représentent la base de sa clientèle.

Yell a annoncé une réduction de sa dette nette de 1,1 milliard de livres (1,28 milliard d'euros) sur l'exercice, clos le 31 mars. Elle s'élève désormais à 3,1 milliards de livres, soit environ 4,9 fois l'EBITDA.   Suite...