11 mai 2010 / 06:12 / il y a 7 ans

LEAD 2 EDF - T1 dopé par les acquisitions, offres en juin en GB

* Offres finales pour les réseaux britanniques attendues en juin

* Le taux de disponibilité des centrales nucléaires française de 85% atteint "dans les cinq ans"

* Option d'achat d'actifs de Constellation en suspens

(Actualisé avec conférence téléphonique, cours)

par Benjamin Mallet

PARIS, 11 mai (Reuters) - EDF (EDF.PA) a publié mardi un chiffre d'affaires en hausse de 4,3% au premier trimestre grâce à ses acquisitions de fin 2009 et a confirmé ses objectifs. L'électricien public français a redit qu'il visait pour 2010 une croissance organique de son Ebitda (résultat brut d'exploitation) comprise entre 3% et 5%, ainsi qu'un ratio dette nette/Ebitda compris entre 2,5 et 3 et un dividende stable par rapport à 2009.

Le directeur financier, Thomas Piquemal, a en outre déclaré lors d'une conférence téléphonique qu'EDF espérait recevoir "en juin" des offres finales de rachat de ses réseaux de distribution d'électricité au Royaume-Uni.

"C'est au moment où nous recevrons des offres fermes, financées et de qualité, que le conseil pourra se prononcer. En ce qui me concerne, si je considère que les offres ne sont pas de qualité, je ne proposerai même pas que le conseil se prononce", a-t-il toutefois ajouté.

En octobre, EDF avait dit espérer obtenir plus de quatre milliards d'euros de ses réseaux britanniques, mis en vente dans le cadre de sa politique de désendettement. Thomas Piquemal a également fait savoir qu'EDF visait un taux de disponibilité de ses centrales nucléaires françaises en hausse de 1,5 point "au moins" en 2010 par rapport à 2009. Ce taux, crucial pour la rentabilité du groupe, avait atteint l'année dernière son plus bas niveau depuis 1992 en raison de grèves et d'arrêts non programmés, à 78% contre 79,2% en 2008.

A moyen terme, l'objectif est fixé à 85%. "Ce que je peux vous dire, c'est que ce sera fait dans les cinq ans", a déclaré le directeur financier d'EDF, sans évoquer l'horizon de trois ans mentionné fin 2009 par le PDG du groupe Henri Proglio.

Thomas Piquemal en outre déclaré qu'EDF n'avait "aucune conversation en cours" autour du capital d'Edison EDN.MI. "Nous sommes très satisfaits de la situation actuelle. Evidemment, le pacte (d'actionnaires) arrive à échéance en 2011: nous sommes en 2010, c'est la raison pour laquelle nous n'avons aucune conversation en cours sur cet actif."

LA PRODUCTION NUCLÉAIRE FRANÇAISE RECULE

Des sources proches du dossier avaient déclaré fin mars à Reuters qu'A2A (A2.MI) accélérait le processus de vente de sa participation dans Edison à EDF, une transaction qui permettrait au groupe français de prendre le contrôle du numéro deux italien de l'électricité. (voir [ID:nLDE62N2CO])

Evoquant l'accord entre EDF et Constellation Energy Group aux Etats-Unis, qui prévoyait une option de vente au groupe français d'actifs de production non nucléaire pour un montant pouvant atteindre deux milliards de dollars, Thomas Piquemal a en outre déclaré: "Cette option était donnée pour faire face à une situation de liquidité extrêmement tendue et difficile de Constellation à cette époque."

"Je comprends que cette situation de liquidité n'existe plus. C'est tout ce que je peux vous dire à ce stade sur cet élément."

Le chiffre d'affaires d'EDF a atteint 21.930 millions d'euros au premier trimestre, avec un effet de périmètre positif d'un milliard d'euros, essentiellement constitué des acquisitions de SPE en Belgique et de la moitié des activités nucléaires de Constellation Energy Group.

Les ventes d'EDF enregistrent toutefois un recul de 1,6% à périmètre et change constants en raison d'un effet prix défavorable sur les ventes d'électricité et de gaz à l'international, tandis que la France bénéficie de son côté d'un effet climatique favorable.

La production nucléaire du groupe en France est en recul de 3,3 TWh par rapport à celle du premier trimestre 2009 en raison d'une moindre disponibilité du parc. Elle affiche cependant une hausse de 12% par rapport au quatrième trimestre 2009 et de 8% hors effets liés à la saisonnalité des arrêts programmés.

Vers 9h40, le titre perdait 0,7% à 37,92 euros pendant que le CAC 40 reculait de 1,37%.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below