LEAD 1 RBS a renoué avec les bénéfices au 1er trimestre 2010

vendredi 7 mai 2010 08h49
 

* Bénéfice opérationnel de £713 mlns au T1 après perte au T4 * Résultat de la banque d'investissement divisé par deux * Diminution des créances douteuses

LONDRES, 7 mai (Reuters) - Royal Bank of Scotland (RBS.L: Cotation) a fait état vendredi d'un retour aux bénéfices au premier trimestre à la faveur d'une nouvelle diminution des créances douteuses et malgré une division par plus de deux du résultat de l'activité banque d'investissement.

L'établissement britannique, détenu à 83% par l'Etat après son sauvetage par Londres au plus fort de la crise financière, a annoncé un bénéfice opérationnel de 713 millions de livres (827 millions d'euros) contre une perte de 1,35 milliard au quatrième trimestre 2009 et un bénéfice de 179 millions il y a un an.

En tenant compte de 500 millions de livres de coûts liés à un programme de garantie de créances douteuses encadré par les pouvoirs publics, RBS a accusé une perte imposable de 21 millions de livres sur les trois premiers mois de l'année.

Les pertes liées aux dépréciations ont été ramenées à 2,68 milliards de livres sur la période contre 3,1 milliards aux quatrième trimestre 2009 et la banque a souligné que la tendance était "favorable", confirmant par là que le niveau de créances douteuses avait atteint son pic en 2009.

RBS a cependant ajouté que les dépréciations devraient continuer à être élevées, notamment dans son portefeuille d'actifs considérés comme étant non-essentiels.

"La reprise économique mondiale permet d'enregistrer une diminution des dépréciations plus marquée que ce que nous avions prévu, mais des à coups sont susceptibles de venir interrompre cette tendance", a déclaré Stephen Hester, directeur général de RBS.

En annonçant un retour aux bénéfices, RBS suit ainsi la voie ouverte par Lloyds (LLOY.L: Cotation), qui avait agréablement surpris les investisseurs le 27 avril en annonçant que ses comptes étaient sortis du rouge. [ID:nLDE63P0RR)

(Clara Ferreira-Marques, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)