May 6, 2010 / 6:59 AM / 7 years ago

HeidelberCement constate une reprise plus tôt que prévu aux USA

3 MINUTES DE LECTURE

* Perte nette de E199 mlns, le consensus donnait E191 mlns

* Attend une reprise accélérée aux Etats-Unis

FRANCFORT, 6 mai (Reuters) - HeidelbergCement (HEIG.DE) a fait état jeudi d'une perte trimestrielle supérieure aux attentes, imputable à la rigueur de l'hiver et à la morosité du secteur de la construction, tout en faisant part de ses espoirs d'une reprise plus rapide aux Etats-Unis.

HeidelberCement, concurrent du suisse Holcim HOLN.VX et du français Lafarge LAFP.PA, a publié une perte nette de 199 millions d'euros, supérieure à celle de 181 millions attendue par les analystes et aux 63 millions qu'il avait perdu au premier trimestre 2009.

Le groupe allemand, qui réalise près des trois quarts de ses ventes en Amérique du Nord, a dit prévoir une poursuite de la reprise de ses activités américaines au deuxième trimestre, après un rebond de l'activité dans la construction routière.

En mars, le groupe, avait déclaré qu'il n'envisageait pas de reprise de ce marché avant le deuxième semestre.

La première partie de l'année risque cependant de rester difficile pour le cimentier, qui reste affecté par une baisse générale de ses volumes de ventes.

Son bénéfice d'exploitation avant dépréciations a reculé de 15% à 202 millions d'euros tandis que son chiffre d'affaires s'est inscrit en baisse de 7,6%.

Mercredi, Lafarge, numéro un mondial du secteur, a prédit un début de reprise de la demande pour le deuxième semestre. (voir [ID:nLDE64402G])

La veille, Holcim avait fait état d'une perte inférieure aux attentes tout en mettant en garde contre ses perspectives en Europe et en Amérique du Nord, teintées d'incertitudes en raison des lourdes chutes de neige enregistrées au début de l'année.

En écho aux propos du suisse, HeidelbergCement invoque jeudi la rigueur de l'hiver dans le communiqué accompagnant ses résultats et dit que "la fin des programmes de soutien à l'économie, les mesures d'économies mises en oeuvres par certains gouvernements (...) et la persistance d'un niveau élevé de chômage risquent de ralentir la reprise économique."

Fin mars, son endettement net resssortait à 8,96 milliards d'euros, contre 8,4 milliards fin 2009.

Ludwig Burger, Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below