Swiss Re en demi-teinte au T1, mais confirme ses objectifs

jeudi 6 mai 2010 08h50
 

* Bénéfice net supérieur au consensus à $158 mlns au T1 (123,4 mlns d'euros)

* Ratio combiné à 109,4%, plus mauvais que prévu

* Estime l'impact de l'explosion de Deepwater à $200 mlns

ZURICH, 6 mai (Reuters) - Le réassureur Swiss Re RUKN.VX a réalisé un bénéfice net meilleur que prévu au premier trimestre et a confirmé jeudi son objectif de rendement des fonds propres sur le cycle, décevant toutefois les attentes au niveau de son ratio combiné. Le bénéfice net s'est amélioré de 22% à 158 millions de dollars (123,4 millions d'euros), a indiqué le groupe, qui présentait pour la première fois ses résultats en dollars. Les analystes interrogés par Reuters attendaient un bénéfice net en nette baisse à 78 millions.

"Nous avons pu améliorer nos activités au premier trimestre malgré le tremblement de terre au Chili et la tempête Xynthia en Europe. Ce genre d'événements peut augmenter la volatilité de nos résultats", explique le directeur général Stefan Lippe, cité dans le communiqué de résultat,.

Le ratio combiné s'est dégradé à 109,4%, après 90,2% il y a un an. Le consensus le voyait à 107,4%.

Les primes ont reculé de 13% à 4,97 milliards de dollars, contre 5,55 milliards escomptés par les marchés.

Le rendement des fonds propres s'est détérioré à 2,7%, contre 2,9% il y a un an. Les fonds propres se sont renforcés de 0,8 million à 26,2 milliards de dollars.

Swiss Re déclare disposer à fin mars d'un capital en excès du niveau nécessaire pour une note de crédit AA de plus de 12 milliards de dollars.

L'impact négatif de l'explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, à la fin du mois dernier dans le golfe du Mexique, est estimé à 200 millions de dollars avant impôts (156,6 millions d'euros). Pour toute la branche de l'assurance, il devrait atteindre entre 1,5 milliard et 3,5 milliards de francs suisses (1,05 milliard et 2,44 milliards d'euros), explique Swiss Re. En ce qui concerne les prévisions, le groupe se contente de souligner qu'il emploiera son capital dans les divisions à fort rendement qui lui permettront d'atteindre son objectif de ROE de 12% sur le cycle.

(Silke Koltrowitz, édité par Pascal Schmuck)