Australie - NAB toujours décidé à racheter Axa Asia, S1 décevant

jeudi 6 mai 2010 07h53
 

MELBOURNE, 6 mai (Reuters) - National Australia Bank (NAB.AX: Cotation) a réaffirmé jeudi son intention de racheter l'assureur et le gestionnaire de fortune Axa Asia Pacific AXA.AX malgré la décision du régulateur australien de la concurrence de bloquer son offre.

La première banque australienne, qui propose 14 milliards de dollars australiens (9,55 milliards d'euros) pour la filiale du groupe français Axa (AXAF.PA: Cotation), a également dit envisager de définir des cibles d'acquisition en Grande-Bretagne dans le cadre de sa politique de croissance.

NAB a fait le point sur ses intentions stratégiques à l'occasion de l'annonce d'une hausse de 8,2% de son bénéfice semestriel et d'une légère hausse de ses dividendes.

Dernière des quatre grandes banques australiennes à publier ses résultats, NAB a comme ses pairs profité d'une diminution du volant des créances douteuses et d'une amélioration des performances des divisions banque d'affaires et gestion de fortune.

Le bénéfice net d'exploitation s'est cependant replié de 3,3%, une évolution qui n'a guère plu aux investisseurs, pour qui NAB reste le mauvais élève du secteur en matière de résultats.

"On comprend pourquoi le groupe est intéressé par des acquisitions. Il essaie d'insuffler une dynamique à une activité qui n'en a pas", a déclaré Brett Le Mesurier, analyste bancaire chez Axiome Equities.

Le 19 avril, NAB a toutefois subi un important revers dans ses projets de croissance externe avec la décision du régulateur, au motif du risque pesant sur la concurrence dans la gestion de fortune, de bloquer son offre sur AXA Asia et celle de valider le projet d'AMP (AMP.AX: Cotation), qui propose 13,1 milliards de dollars australiens. (voir [ID:nLDE63I0JB])

Cameron Clyne, directeur général de NAB, s'est réfusé à tout commentaire quant à la manière dont la banque allait s'y prendre pour apaiser les craintes du régulateur en matière de concurrence.

Il est également resté muet sur une offre supposée de NAB pour les plus de 300 agences bancaires mises en vente par Royal Bank of Scotland (RBS.L: Cotation) en Grande-Bretagne, tout en disant que la banque était en bonne position aussi bien pour croître seule dans le pays que par des opérations de rachat.   Suite...