3 mai 2010 / 13:06 / il y a 7 ans

LEAD 3 GDF Suez maintient ses prévisions après un T1 en baisse

* T1 conforme aux attentes, objectifs 2010 et 2011 confirmés

* Acompte sur dividende de 0,83 euro par action pour 2010

* Le titre termine en hausse de 1,88%

(Actualisé avec AG et cours de clôture §7 et 11)

par Benjamin Mallet

PARIS, 3 mai (Reuters) - GDF Suez GSZ.PA a publié lundi un chiffre d'affaires et un résultat brut d'exploitation (Ebitda) en recul au premier trimestre en raison de la baisse des prix du gaz, mais il a confirmé l'ensemble de ses objectifs. L'énergéticien a ainsi réitéré qu'il tablait sur un Ebitda supérieur en 2010 à celui de 2009 et en croissance d'au moins 15% en 2011 par rapport à l'année dernière.

La société a également confirmé son programme d'économies, censé lui permettre de réaliser 1.950 millions d'euros de gains en 2011 et a réitéré sa politique de dividende "supérieur ou égal à celui de l'année précédente", ainsi que sa prévision de 10 milliards d'euros environ d'investissements par an sur 2010-2011.

Les ventes du groupe se sont élevées à 23,8 milliards d'euros au premier trimestre, en recul de 6,8% (-7,9% en organique), tandis que son Ebitda a atteint 5,2 milliards, en baisse de 2,1% (-4,1% en organique).

Selon le consensus réalisé par Reuters, les analystes attendaient en moyenne un chiffre d'affaires de 24 milliards d'euros et un Ebitda de 5,1 milliards.

GDF Suez a annoncé qu'il verserait un acompte sur dividende de 0,83 euro par action au titre de 2010, contre un acompte de 0,80 euro au titre de 2009.

Le titre a terminé en hausse de 1,88% en Bourse de Paris, tandis que le CAC 40 clôturait sur un gain de 0,3%.

La société souligne que son chiffre d'affaires trimestriel a notamment été pénalisé par la baisse "sensible" des prix des matières premières, et en particulier par la baisse des tarifs régulés du gaz en France intervenue le 1er avril 2009.

Ses ventes et sa marge en France ont en outre été pénalisées, à hauteur de 58 millions d'euros, par la non répercussion de la totalité des coûts (fourniture de gaz naturel et autres coûts hors matière) dans les tarifs réglementés.

RATIO D'ENDETTEMENT EN BAISSE

Les prix du gaz en France ont cependant augmenté de 9,7% en moyenne le mois dernier pour refléter la hausse des cours du pétrole, des coûts d'infrastructure et de stockage.

Gérard Mestrallet, le PDG de GDF Suez, a souligné lors de l'assemblée générale des actionnaires du groupe, que la branche Energie France devrait "rétablir ses résultats (...) à un niveau significativement positif" à partir du 1er avril - et sur l'ensemble de l'année - du fait du nouveau mode de fixation des tarifs. (voir [ID:nLDE62O12O])

L'Ebitda de la branche Global Gaz & GNL (gaz naturel liquéfié) a pour sa part subi au premier trimestre la baisse des prix du gaz, avec de surcroît une base de comparaison défavorable.

Par activités, le chiffre d'affaires de la branche Global Gaz & GNL plonge de 27,9%, celui du segment Energie France perd 10,2% et les ventes d'Energie Europe et International reculent de 3,4%.

La branche Infrastructures progresse en revanche de 21,3% et l'Environnement croît de 8,9%.

La dette nette de GDF Suez s'établissait fin mars à 30,3 milliards d'euros, quasiment stable par rapport au niveau de fin 2009, qui était de 30 milliards, et en diminution de 0,3 milliard d'euros hors effets de change.

Le ratio d'endettement à fin mars 2010 atteignait 43,7% contre 45,7% à fin 2009.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below