TNT bat le consensus, met en garde contre les risques

lundi 3 mai 2010 10h51
 

AMSTERDAM, 3 mai (Reuters) - Le groupe néerlandais de messagerie TNT TNT.AS a fait état lundi d'une hausse plus marquée que prévu de ses bénéfices tout en mettant en garde contre la persistance des risques qui guettent son activité.

TNT, numéro deux européen du secteur derrière Deutsche Post (DPWGn.DE: Cotation), a publié un EBIT en hausse de 54% à 251 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 2,74 milliards d'euros.

Les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un Ebit à 222 millions d'euros pour un chiffre d'affaires à 2,56 milliards d'euros.

TNT a toutefois souligné que la reprise économique mondiale restait fragile et que sa division express pourrait pâtir d'une pression excessive sur les prix et sur les coûts.

Cette prudence est sanctionnée par les marchés puisque son titre perdait 2,12% à 22,59 euros à 08h50 GMT, sousperformant l'indice AEX de la Bourse d'Amsterdam qui reculait de 0,79% au même moment.

"La reprise tant attendue dans le courrier ne peut toujours pas être confirmée par TNT et c'est à nouveau le courrier qui a surperformé", ont relevé les analystes de KBC.

Le recul des volumes dans sa division de courrier a en effet été compensée par des charges de retraite en baisse et par une meilleure performance dans ses activités à l'étranger.

TNT a expliqué que ses services en Chine, où le groupe néerlandais cherche à imprimer sa marque, avaient bénéficié d'une hausse de 28% du chiffre d'affaires courant et souligné que ses activités s'étaient bien comportées en Allemagne et en Europe de l'Est.

"Ces dernières semaines, les volumes (de la division express) sont presque revenus aux niveaux normaux (...), mais les retours des clients indiquent qu'ils ont été soutenus par un restockage dans les chaînes d'approvisionnement", a dit le directeur général de TNT dans un communiqué.

Le groupe anticipe une amélioration modeste de l'environnement de ses activités en 2010, avec une poursuite de la croissance des volumes dans son segment express et des résultats bien supérieurs aux niveaux de 2009 dans cette division.

(Greg Roumeliotis, Nicolas Delame pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)