April 27, 2010 / 9:23 AM / 7 years ago

LEAD 4 Lagardère repousse Wyser-Pratte mais chute en Bourse

7 MINUTES DE LECTURE

* Les actionnaires ont voté contre le financier

* 2010 peut-être meilleur que prévu, dit Arnaud Lagardère

* Justifie sa stratégie et le rythme des cessions d'actifs

(Actualisé avec des réactions d'analystes et de Lagardère)

par Cyril Altmeyer et Leila Abboud

PARIS, 27 avril (Reuters) - Arnaud Lagardère a remporté mardi son bras de fer avec le raider Guy Wyser-Pratte grâce au soutien de ses actionnaires, mais l'action du groupe de médias, stimulée depuis un mois par l'offensive du financier franco-américain, est retombée comme un soufflé.

Sous le feu des critiques, le gérant commandité de Lagardère s'est montré pugnace pour défendre devant les actionnaires à la fois ses choix stratégiques et le rythme des cessions d'actifs, disant refuser la "dictature de l'immédiat".

L'action a perdu 6,07% à 29,715 euros, l'une des plus fortes baisses du CAC-40 .FCHI, en recul de 3,82%.

A la clôture de lundi, le titre affichait une hausse de près de 13% depuis le 25 mars, date laquelle Guy Wyser-Pratte qui détient 0,53% du capital du groupe, avait annoncé son intention de déposer à l'assemblée générale deux résolutions.

Les actionnaires ont rejeté à 77,9% la première d'entre elles, qui visait le faire nommer parmi les 15 membres du conseil de surveillance, et à 76,2% la deuxième, qui remettait en cause le statut de commandite et à laquelle Arnaud Lagardère avait d'ailleurs opposé son veto.

"Je suis un peu déçu, je m'attendais à avoir plus de soutiens, mais 20% est déjà un bon départ. J'ai déjà dit que je ne vendrais pas mes titres (...), vous aurez de mes nouvelles", a déclaré Guy Wyser-Pratte à Reuters après l'assemblée générale.

Des analystes ont souligné que le titre était monté pour de mauvaises raisons ces dernières semaines.

"Maintenant la spéculation écartée, le titre revient aux fondamentaux: c'est-à-dire un groupe qui aborde 2010 avec des difficultés dans ses activités principales", a dit l'un d'eux.

Arnaud Lagardère a indiqué que les résultats du groupe pourraient être meilleurs que prévu en 2010 au vu des tendances "encourageantes" constatées au premier trimestre, suivant en cela les indications fournies par d'autres groupes de médias, comme TF1 (TFFP.PA) ou Publicis (PUBP.PA).

En mars, le groupe avait dit tabler sur une baisse de l'ordre de 10% de son résultat opérationnel courant (Resop) cette année et sur une stabilisation de ses recettes publicitaires. [ID:nLDE6232M2]

Arnaud Lagardère a souligné ne pas vouloir subir des pressions "quelles qu'elles soient" concernant la cession des diverses participations minoritaires du groupe, qui expliquent, selon les analystes, la décote du cours.

"La dictature de l'immédiat est probablement la plus destructrice de valeurs pour les actionnaires", a-t-il lancé.

Il s'est attaché à démontrer que les décisions les concernant avaient été prises il y a plusieurs mois, bien avant l'offensive de Guy Wyser-Pratte.

"JE SUIS UN TRÈS MAUVAIS COMMUNICANT"

La décision de céder les 20% du groupe dans Canal+, annoncée le 15 avril, au dernier jour d'une fenêtre annuelle, a été prise en début d'année, a-t-il expliqué.

Le mandat donné à une banque pour discuter avec les directions des groupes Marie-Claire et Amaury, dont Lagardère détient respectivement 42% et 25%, date d'il y a une dizaine de mois, a-t-il poursuivi.

Dans le deuxième cas, il a précisé qu'Amaury Sport Organisation (ASO) pourrait intéresser le groupe. "Si cela n'aboutit pas, on vendra", a ajouté Arnaud Lagardère.

Rebondissant sur les accusations lancées par Guy Wyser-Pratte concernant son dilettantisme présumé et son intérêt disproportionné pour le tennis, il a rétorqué :

"En réalité mon sport favori c'est plutôt la boxe, j'aime voir mon adversaire en face."

"Il n'y a aucune désinvolture, aucune arrogance, aucune démobilisation chez moi, mais au contraire une forme de rage de vaincre, de travail au quotidien".

Le développement du groupe dans le sport, principale marque de la stratégie d'Arnaud Lagardère, a déçu les analystes qui estiment que le caractère cyclique de cette activité a été sous-estimé.

"Je suis un très mauvais communicant : je n'ai pas réussi à convaincre la communauté financière du bien-fondé de ma stratégie", a-t-il dit, prédisant à la division sport un destin similaire à celui du pôle édition, qui a réalisé près des deux tiers du Resop en 2009.

Arnaud Lagardère a souligné que le groupe ne se diversifierait pas davantage, que ce soit dans la musique, l'affichage ou les grandes chaînes de télévision, hertziennes et payantes.

Les actionnaires ont voté massivement le versement d'un dividende de 1,30 euro par action, comme l'année dernière.

Voir aussi :

* ENCADRE Lagardère rejette les critiques de Wyser-Pratte [ID:nLDE63Q1CB]

* ANALYSE La stratégie de Lagardère sous le feu des critiques [ID:nLDE63J1QR]

* ENCADRE Wyser-Pratte/Lagardère-Quels enjeux pour l'AG? [ID:nLDE63P0TH]

* ENCADRE Lagardère - Quatre pôles disparates [ID:nLDE63P0QE]

Avec la contribution de Julien Ponthus, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below