BHP - Enquête US pour violation de lois anti-corruption

mercredi 21 avril 2010 09h18
 

SYDNEY, 21 avril (Reuters) - Le groupe minier BHP Billiton (BHP.AX: Cotation)(BLT.L: Cotation) est l'objet d'une enquête des autorités de marchés américaines pour de possibles violations des lois anti-corruption dans ses activités d'exploration, portant un nouveau coup à l'image du secteur.

Cette affaire survient alors que le mois dernier, un tribunal chinois a condamné quatre salariés du groupe minier Rio Tinto (RIO.L: Cotation)(RIO.AX: Cotation) à des peines de sept à 14 ans d'emprisonnement, pour corruption et vol de secrets commerciaux. [ID:nLDE62S0C4]

"C'est certainement la dernière chose dont ils avaient besoin en ce moment", estime Tim Schroeders, gérant de fonds chez Pengana Capital, en référence au feu vert des autorités de régulation internationales que BHP cherche à obtenir pour l'union de ses principales activités australiennes dans le minerai de fer avec celles de Rio Tinto.

Pour les analystes du secteur, les régulateurs internationaux pourraient surveiller de près l'évolution de cette affaire, d'autant que les aciéristes en Asie et en Europe pressent les autorités de bloquer le projet commun de Rio et de BHP.

BHP Billiton a annoncé mercredi avoir découvert d'éventuelles violations relatives à d'anciens projets d'exploration et indiqué qu'il coopérait désormais avec la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de la Bourse américaine, tandis que le groupe mène sa propre enquête interne.

De son côté, le département américain de Justice n'a pas souhaité faire de commentaires.

Le cours de BHP en Australie a été assez peu affecté par cette annonce (-0,16%), les investisseurs estimant que cette affaire n'est pas liée à la Chine ni aux activités de vente et de marketing du groupe.

Par ailleurs, BHP a publié une hausse annuelle de 11% de sa production de minerai de fer pour le trimestre clos en mars, soit moins qu'attendu et surtout bien en dessous des 39% de progression affichés par Rio Tinto en la matière.

BHP a également fait état d'une chute de 19% de sa production de cuivre et de perspectives jugées faibles pour le trimestre en cours, ajoutant que ses activités minières ne reviendraient pas à la normale avant fin juin.

(James Regan avec Karey Wutkowski à Washington, Cecile Lefort et Bruce Hextall à Sydney, Alexandre Boksenbaum-Granier pour le service français, édité par Gwénaëlle Barzic)