19 avril 2010 / 05:42 / il y a 7 ans

LEAD 2 Faurecia relève sa prévision de croissance du S1

* Ventes de produits attendues maintenant en hausse de 28-30%

* Chiffre d'affaires consolidé +59,5% au T1, meilleur que prévu

* Le 2nd semestre toujours un "point d'interrogation"

* Forte hausse du titre

(Actualisé avec téléconférence, cours, analyste et précisions)

par Gilles Guillaume

PARIS, 19 avril (Reuters) - Faurecia (EPED.PA) a multiplié par deux sa prévision de croissance au premier semestre après un bond de 59,5% de son chiffre d'affaires sur les trois premiers mois de l'année imputable à un comparatif favorable et au coup de fouet hérité de la prime à la casse.

L'équipementier automobile, dont PSA Peugeot Citroën (PEUP.PA) détient 57,4% du capital, a réalisé au premier trimestre un chiffre d'affaires consolidé de 3,2 milliards d'euros.

Ce chiffre, meilleur que Faurecia le prévoyait, inclut 533 millions d'euros de chiffre d'affaires d'Emcon, spécialiste américain des technologies de réduction des émissions, dont Faurecia a bouclé l'acquisition début février et dont il consolide les ventes depuis le 1er janvier 2010.

Dix minutes après l'ouverture de la Bourse de Paris, le titre Faurecia progressait ainsi de 2,7% à 16,465 euros, portant ses gains à plus de 7% depuis le début de l'année.

A périmètre et taux de change constants, la croissance du chiffre d'affaires s'établit à 32,2%. L'impact de l'acquisition du spécialiste allemand des pièces plastiques automobiles se fait sentir quant à lui depuis le 1er avril.

"Le chiffre d'affaires réalisé au premier trimestre amène Faurecia à relever sa perspective de croissance pour le premier semestre", indique Faurecia dans un communiqué.

Le groupe, leader mondial des systèmes d'échappement, attend désormais une croissance des ventes de ses produits - hors monolithes - de l'ordre de 28 à 30% sur la première moitié de l'année, contre +15% estimé jusqu'ici.

AMELIORATION GENERALE, S2 TOUJOURS INCERTAIN

L'ajout d'Emcon et le redressement général des ventes automobiles après la crise que le secteur a connue fin 2008 et début 2009 signifie que les ventes en Amérique du Nord sont maintenues attendues en hausse de 80%, contre un pronostic de +45% jusqu'ici, tandis que les ventes en Asie devraient grimper de 70% sur les six premiers mois de l'année, contre +30% attendu précédemment.

En Europe, Faurecia tablait auparavant sur une croissance de 10%. Il anticipe désormais une hausse de 16 à 18%.

Les seules ventes de produits sont plus représentatives de l'activité de Faurecia puisqu'elles comprennent les livraisons de pièces et composants aux constructeurs, mais excluent les monolithes - et les métaux précieux qu'ils contiennent - qui entrent dans la composition des catalyseurs et les systèmes d'échappement et que Faurecia doit lui-même acheter en partie à des tiers.

Au cours d'une téléconférence, le directeur financier Frank Imbert a jugé qu'il était trop tôt pour faire un pronostic pour la seconde partie de l'année, dont l'orientation demeure un "point d'interrogation" pour le groupe.

"La tonalité est assez positive, le 1er trimestre est supérieur aux attentes et le deuxième est bien engagé même si Faurecia valide le scénario d'un décrochage à venir de la croissance, ce qui était anticipé", commente un analyste du secteur sous couvert d'anonymat.

"Pour le second semestre, toujours peu de visibilité, mais le groupe peut conserver une partie de l'avance engrangée en ce début d'année même si l'on sait que le comparatif moins favorable et la disparition progressive des aides auront un impact", ajoute-t-il.

La prime à la casse en France a été ramenée au 1er janvier de 1.000 à 700 euros, mais les importantes commandes que le dispositif a suscité continuent de soutenir le secteur automobile. Au premier trimestre, les immatriculations de voitures neuves dans l'Hexagone ont progressé de 17%.

Faurecia, qui fera un point sur sa stratégie le 14 juin et publiera ses résultats complets du premier semestre le 22 juillet, a clôturé vendredi à la Bourse de Paris à 15,98 euros, donnant une capitalisation boursière de 1,8 milliard.

Depuis le début de l'année, le titre a pris près de 4% après avoir doublé de valeur sur l'ensemble de 2009.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below