15 avril 2010 / 10:24 / il y a 7 ans

LEAD 2 La CDC espère un accord avec La Poste d'ici quelques mois

* La CDC écarte à ce stade toute combinaison avec Dexia

* La création d'un pôle financier public pas d'actualité

* Un investissement de la CDC dans Coface envisageable

* Bénéfice net de la CDC 1.980 millions d'euros en 2009

(Actualisé avec conférence de presse et plan stratégique de La Poste) par Julien Ponthus et Matthieu Protard

PARIS, 15 avril (Reuters) - La Caisse des dépôts (CDC) a espéré jeudi parvenir d'ici quelques mois à un accord sur la taille de sa participation future dans La Poste, qui a de son côté présenté un plan stratégique à l'horizon 2015.

La CDC, bras financier de l'Etat français, prévoit d'entrer au capital du groupe postal avec un investissement de 1,5 milliard d'euros. Mais la question de la part en pourcentage du capital que la CDC recevra en échange n'a pas encore été tranchée. "Nous allons discuter prix, coûts des missions de service public, nous allons discuter du business plan de la banque postale, du colis, et j'espère que d'ici quelques mois nous pourrons converger sur une prise de participation", a déclaré le directeur général de la CDC, Augustin de Romanet, lors d'une conférence de presse organisée pour annoncer les résultats 2009 du groupe public.

La Poste, dont le Parlement a voté en janvier le changement de statut, va lancer un plan d'investissement et de modernisation de neuf milliards d'euros qui vise à restaurer ses marges de profitabilité.

Le plan s'appuie notamment sur l'essor de la banque postale et des activités colis pour compenser les faibles marges du courrier, fortement concurrencé par internet.

Actionnaire à la fois de la banque franco-belge Dexia et du groupe CNP Assurances (CNPP.PA), la CDC n'entend pas pour autant et à ce stade créer un pôle financier public à l'occasion de son entrée au capital de La Poste.

"Ce n'est pas le sens initial du projet. Cela peut en être une conséquence", déclare Augustin de Romanet dans une interview au quotidien Le Monde.

Interrogé sur Dexia, dont la CDC détient 17,61% du capital, Augustin de Romanet écarte aussi pour le moment toute idée de rapprochement ou d'adossement avec la banque franco-belge.

"Avant toute combinaison, Dexia doit d'abord aller au bout de son plan de transformation", souligne-t-il dans Le Monde.

Augustin de Romanet a également déclaré durant la conférence de presse qu'il pourrait envisager de faire un investissement en minoritaire dans l'assureur crédit français Coface, filiale à 100% de la banque Natixis (CNAT.PA).

Cette dernière a lancé une réflexion sur ses actifs non stratégiques et une introduction en Bourse de l'assureur crédit est actuellement envisagée.

RETOUR AUX BÉNÉFICES

La CDC a confirmé jeudi son retour aux bénéfices après une perte historique en 2008. Elle a enregistré l'an dernier un bénéfice net de 1.980 millions d'euros notamment grâce au dynamisme de ses filiales et à des plus-values financières. Son produit net bancaire a augmenté de 29% à 6.466 millions d'euros.

La CDC avait accusé une perte nette de 1,47 milliard d'euros en 2008 en raison de la crise financière qui avait entraîné de lourdes dépréciations dans son portefeuille.

Après s'être rendu indispensable en participant à de nombreuses initiatives du gouvernement durant la crise financière, comme le sauvetage de Dexia ou la création du Fonds stratégique d'investissement (FSI), la CDC a indiqué qu'elle voulait continuer à jouer un rôle majeur dans l'économie française et notamment dans les programmes du grand emprunt.

"En 2010, le groupe Caisse des dépôts a l'ambition d'être un investisseur de long terme exemplaire et innovant, plate-forme de l'adaptation de la France à la mondialisation", a souligné Augustin de Romanet.

Les syndicats ont néanmoins fait part de leur préoccupations, notamment sur l'influence croissante de l'Elysée et des investissements du FSI qui ont été suivis dans certaines entreprises par des plans sociaux.

"L'arrivée prochaine d'Antoine Gosset-Grainville, actuel directeur adjoint du cabinet du Premier ministre et ancien avocat d'affaires, en qualité de directeur général adjoint de la CDC, marque incontestablement un renforcement de la mainmise de l'exécutif et du monde des affaires sur la direction de la CDC", affirme la CGT dans un tract de la CGT distribué jeudi aux journalistes.

Voir aussi:

* Antoine Gosset-Grainville quitte Matignon pour la CDC [ID:nLDE63012J]

* La CDC s'oppose à l'idée de démanteler Dexia [ID:nLDE60K10M]

avec la contribution de Lionel Laurent et Nina Sovich, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below