GFI-Perte de E57,8 mlns en 2009, retrait d'Allemagne et d'Italie

jeudi 18 mars 2010 09h34
 

PARIS, 18 mars (Reuters) - GFI (GFIP.PA: Cotation) a accusé des pertes en 2009 avoir avoir passé plus de 29 millions d'euros de charges exceptionnelles liées à la crise, qui a conduit également le groupe a céder ses activités en Allemagne et en Italie.

Le résultat du groupe de services informatiques affiche une perte nette de 57,8 millions d'euros, contre un bénéfice de 14,0 millions un an plus tôt, avec un résultat opérationnel limité à 0,4 million (38,3 millions en 2008) et un chiffre d'affaires de 663,6 millions (-2,7%).

GFI, qui a engagé en juillet un plan stratégique triennal, a passé 9,0 millions de coûts de restructuration en France et en Espagne, pays où il a également constaté 6,2 millions de dépréciations d'écart d'acquisition. Ces charges comprennent également 3,7 millions liés au réglement d'un litige, et 9,8 millions d'euros liés au plan de redressement.

Le groupe a cédé ce mois-ci ses activités non stratégiques en Allemagne et en Italie, filiales qui avaient fortement souffert de la crise.

Pour l'Allemagne, le résultat de l'activité destinée à être cédée est négatif de 9,3 millions et représente pour l'essentiel la moins-value de cession.

Pour l'Italie, le résultat des activités cédées est négatif de 42,0 millions. Il est constitué du résultat net de l'exercice lourdement déficitaire (-10 millions), de la dépréciation du goodwill pour 20,2 millions et d'une perte complémentaire sur la cession incluant une recapitalisation de 3,5 millions.

Dans un communiqué, GFI précise jeudi que l'activité de l'exercice 2010 devrait continuer d'être affectée par un contexte économique difficile, en particulier au premier semestre.

Il estime toutefois que la réorganisation en cours devrait lui permettre d'améliorer sa profitabilité en 2010 tout en poursuivant son désendettement "afin d'être en mesure de saisir, le cas échéant, des opportunités de croissance".

Vers 9h30, le titre GFI (158 millions d'euros de capitalisation boursière environ) prenait 1,7% à 2,96 euros après avoir ouvert en légère baisse.

(Jean-Michel Bélot, édité par Dominique Rodriguez)