Generali - Bénéfice annuel en hausse mais sous le consensus

mercredi 17 mars 2010 20h13
 

MILAN, 17 mars (Reuters) - Assicurazioni Generali (GASI.MI: Cotation), troisième assureur d'Europe, a publié mercredi un bénéfice annuel en hausse mais inférieurs aux attentes, en raison notamment de la dégradation de ses activités non vie.

Le groupe italien a réalisé en 2009 un bénéfice net de 1,309 milliard d'euros, en progression de 52% par rapport à 2008, alors que le consensus Thomson Reuters I/B/E/S le donnait à 1,417 milliard.

Le groupe a en outre proposé un dividende de 0,35 euro alors que le marché l'attendait à 0,41 euro.

Le bénéfice opérationnel des activités d'assurance vie a progressé de 34% à 2,451 milliards d'euros. Dans les activités non vie, le ratio combiné (total des indemnisations et des coûts rapporté aux primes) a augmenté de 1,9 point à 98,3%, traduisant une dégradation de la rentabilité.

L'action Generali a terminé à 17,93 euros à la Bourse de Milan avant la publication des résultats, en baisse de 0,99% sur la journée après l'annonce par la banque UniCredit (CRDI.MI: Cotation) de la vente de 2,84% du capital du groupe pour se conformer à ses obligations antitrust.

UniCredit, via sa participation de 8,7% dans la banque d'affaires Mediobanca (MDBI.MI: Cotation), espère jouer un rôle décisif dans le choix du prochain président de Generali, attendu au cours des prochaines semaines.

Le président actuel, le Français Antoine Bernheim, 85 ans, pourrait en effet renoncer à un nouveau mandat après la réunion annuelle avec son principal actionnaire prévue fin avril.

"Comme l'incertitude sur la présidence n'est pas favorable au titre à court terme, la résolution de ce problème pourrait être un important déclencheur pour la valeur", a estimé ING dans une note publiée il y a quelques jours.

Pour 2010, Generali prévoit une nouvelle hausse de son bénéfice net, une prévision conforme aux attentes des analystes.

Fin février, le groupe avait fait état d'une hausse de 6,2% de ses primes en 2009 à 70,5 milliards d'euros.

(Nigel Tutt, Marc Angrand pour le service français)