4 mars 2010 / 16:30 / il y a 7 ans

Bristol présente ses perspectives de profit post-Plavix

* BPA 2013 hors événements exceptionnels prévu à $1,95

au minimum

* Le consensus de Wall Street donne $1,86

* Pas de prévisions pour 2011, 2012

NEW-YORK, 4 mars (Reuters) - Bristol-Myers Squibb Co (BMY.N) a présenté une projection meilleure que prévu de son résultat en 2013, à l'occasion de la toute première présentation aux actionnaires de ce que serait l'avenir de la société après l'expiration du brevet du Plavix, le deuxième médicament le plus vendu au monde.

Bristol anticipe pour 2013 un bénéfice, hors éléments exceptionnels, de $1,95 par action au moins. Cela induit un recul potentiel de 13% par rapport à sa prévision pour 2010 de $2,15 à $2,25, hors exceptionnels. Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donne un BPA de $1,86 pour 2013.

Le groupe pharmaceutique, qui s'est doté mardi d'un nouveau directeur général, n'a pas fourni de prévisions de résultats pour 2011 et 2012. Il s'attend à ce que 2013 constitue un point bas, avec un retour de la croissance à partir de 2014.

"Je suis totalement confiant dans notre capacité à respecter nos trois principaux impératifs stratégiques : piloter notre performance dans les années à venir, améliorer notre résultat en 2013 et soutenir notre croissance en 2014 et au-delà", a déclaré Lamberto Andreotti, qui succède à James Cornelius.

2013 marquera la première année pleine durant laquelle Bristol-Myers aura à affronter la concurrence des génériques pour le Plavix, l'anticoagulant qui rapporte $8 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel à Bristol et au laboratoire français Sanofi-Aventis SASI.PA, et dont le brevet arrivera à expiration en 2012.

Les perspectives pour 2013 s'appuient sur une solide évolution des revenus de certains produits-clé, sur des réductions de coût supplémentaires et sur des contributions significatives de produits en phase expérimentale et donc non encore homologués. Elles excluent toute transaction que le laboratoire pourrait réaliser. Ces perpectives à long terme ont été dévoilées en prévision d'une présentation d'une demi-journée à destination des analystes et des gérants de fonds, qui se tiendra plus tard dans la journée de jeudi à New-York.

Pour franchir le cap que constitue la tombée du Plavix dans le domaine public, Bristol utilise une stratégie dite "du collier de perles" par laquelle il est censé doper ses revenus par une série continue de d'acquistions petites ou moyennes.

Cette stratégie contraste avec celle de ses concurrents Pfizer (PFE.N) et Merck (MRK.N), qui ont opéré des acquisitions massives de laboratoires concurrents l'an dernier, dans le but de pouvoir mieux affronter la concurrence des génériques. Des rumeurs ont longtemps circulé au sujet du rachat possible de Bristol lui-même par un laboratoire plus important.

Bristol-Myers gagnait 0,21% à $24,38 en fin de matinée.

Lewis Kraukopf et Bill Berkrot, Vincent Chauvet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below