AB InBev prévoit un début 2010 difficile après un T4 mitigé

jeudi 4 mars 2010 08h33
 

BRUXELLES, 4 mars (Reuters) - AB InBev (ABI.BR: Cotation), premier brasseur mondial, a dit jeudi anticiper un début d'année 2010 difficile, avec notamment un maintien des volumes aux Etats-Unis qui ne s'annonce pas aisé, après avoir fait état de résultats contrastés pour le quatrième trimestre 2009.

Le propriétaire des marques Budweiser, Stella Artois ou encore Becks a dit avoir subi une baisse de 2% de ses ventes sur les trois derniers mois de l'année aux Etats-Unis, où il contrôle environ la moitié du marché, tout en disant avoir réussi à augmenter ses prix et à réduire ses coûts.

En revanche, au Brésil, AB Inbev a vu son chiffre d'affaires progresser de 5,1%, soit plus que ce qu'avait anticipé le marché, à la faveur de bonnes performances commerciales et d'une évolution des changes favorable. La part du marché du groupe dans la plus importante économie d'Amérique du Sud avoisine désormais les 70%.

Le résultat brut d'exploitation (Ebitda) d'AB InBev a progressé de 11,5% à 3,11 milliards de dollars (2,3 milliards d'euros) sur le quatrième trimestre, là où 15 analystes interrogés par Reuters attendaient en moyenne 3,27 milliards.

Le groupe a dit avoir réalisé des synergies de 235 millions de dollars sur la période, liées au rachat en 2008 d'Anheuser-Bush - le AB du nom de l'entreprise. Sur l'ensemble de 2009, les économies liées à ce rapprochement représentent 1,11 milliard de dollars.

Ce chiffre est légèrement supérieur à l'objectif de 1,0 milliard qui avait été fixé pour l'ensemble de l'année dernière. AB InBev a réaffirmé son objectif de 2,25 milliards de dollars de synergies d'ici 2011 alors que certains analystes avaient tablé sur une révision à la hausse de ce chiffre.

AB InBev, qui anticipe une croissance des volumes de bière à travers le monde cette année, a dit prévoir une amélioration progressive, trimestre après trimestre, de son Ebitda en 2010.

En 2009, la récession a pesé sur la consommation de bière dans les pays développés et seuls les brasseurs avec une présence importante dans les pays émergents ont pu afficher une croissance l'an dernier.

Le néerlandais Heineken (HEIN.AS: Cotation), dont 70% des bénéfices sont générés par les ventes en Europe et en Amérique du Nord, a fait état d'une baisse de 6,7% de ses volumes au quatrième trimestre.   Suite...