25 février 2010 / 17:05 / dans 8 ans

LEAD 2 Saint-Gobain prévoit une forte croissance du Rex en 2010

* Résultat d‘exploitation en baisse de 39,3% en 2009

* L‘environnement sera globalement meilleur cette année

* 200 millions d‘euros pour des acquisitions dans les pays émergents et le solaire

* 600 millions d‘euros d’économies en 2010

* Pierre-André de Chalendar va cumuler les fonctions de président et de directeur général

(Actualisé avec téléconférence et analyste)

par Gilles Guillaume et Michel Rose

PARIS, 25 février (Reuters) - Saint-Gobain (SGOB.PA) table sur une forte croissance de son résultat d‘exploitation en 2010, année qui sera marquée par une amélioration de l‘environnement économique, surtout dans les pays émergents, et par de nouvelles réductions de coûts.

Le numéro un mondial de la production, transformation et distribution de matériaux de construction a fait état d‘un résultat d‘exploitation de 2.216 millions d‘euros sur l‘année 2009, en baisse de 39,3% mais en rebond de 38% sur le seul second semestre, ce qui fait dire au groupe qu‘un point bas a peut-être été touché dans le courant de l‘année dernière.

“L‘environnement économique cette année devrait être globalement meilleur, même s‘il est clair qu‘il reste incertain”, a indiqué le directeur général de St-Gobain, Pierre-André de Chalendar, au cours d‘une téléconférence.

La conjoncture s‘annonce hésitante en Europe occidentale et en Amérique du Nord, magré un redressement au second semestre 2009 à la faveur d‘un certain restockage. Elle devrait être plus timide en Europe de l‘Est, mais plus forte et s‘accélérer encore au Brésil, en Chine et en Inde. Parmi les objectifs que le groupe s‘est fixé pour 2010, il attend une “forte croissance” de son résultat d‘exploitation à taux de change constants et un “fort rebond” des marges.

Avant ces annonces, l‘action Saint-Gobain a clôturé en baisse de 3,34% à 32 euros, donnant une capitalisation boursière de près de 17 milliards. Depuis le début de l‘année, le titre a perdu 13%, après un bond de près de 25% sur l‘ensemble de 2009.

“On part sur une base plus saine sur 2010, ce n‘est pas l‘euphorie, mais après les réductions de coûts, quand la croissance reviendra, le levier opérationnel va être très conséquent”, commente une analyste du secteur. “C‘est la seule société du secteur qui a annoncé que ses résultats allaient fortement croître.”

PRIORITÉ AUX MATÉRIAUX INNOVANTS ET PAYS ÉMERGENTS

Le groupe va continuer de réduire ses coûts cette année, mais avec une approche plus sélective. Environ 600 millions d‘euros d’économies sont programmés en 2010 - 400 millions tirés des mesures engagées au second semestre 2009 et 200 millions supplémentaires - après 1,1 milliard d‘euros d’économies l‘an passé.

St-Gobain compte générer un free cash flow libre supérieur au niveau d‘un milliard d‘euros inscrit en 2009. Sur l‘année écoulée, le groupe a réduit sa dette nette de 29% à 8,6 milliards d‘euros.

“Nous allons conserver une stricte discipline financière mais nous allons reprendre une politique d‘investissement un peu plus importante, de façon sélective, dans les pays émergents, le solaire et l‘efficacité énergétique”, a poursuivi Pierre-André de Chalendar.

Le groupe dispose ainsi d‘une enveloppe de 200 millions d‘euros pour de petites acquisitions sur ces segments en croissance. En ce qui concerne la vente du pôle conditionnement, elle reste à l‘ordre du jour du point de vue stratégique mais les conditions de marché ne sont toujours pas réunies.

La majorité des nouvelles usines que St-Gobain compte ouvrir cette année seront situées sur les marchés émergents, où le groupe compte d‘ici quelques années réaliser un tiers de son chiffre d‘affaires hors distribution, contre 24% en 2009 et 26% attendu en 2010. Pierre-André de Chalendar a toutefois aussi rappelé que le groupe venait aussi d‘inaugurer une nouvelle usine de vitrages à hautes performances à Crissey (Saône-et-Loire).

Le chiffre d‘affaires total a baissé de 13,7% en 2009 à 37,79 milliards d‘euros, alors que le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donnait 37,74 milliards. Le résultat net courant - hors plus ou moins-values de cessions, dépréciations d‘actifs et provisions non récurrentes significatives - a chuté quant à lui de 67,8% à 617 millions d‘euros en 2009, contre un consensus de 598 millions.

Saint-Gobain propose de verser un dividende inchangé d‘une année sur l‘autre à un euro par action.

Le groupe a également annoncé que le conseil d‘administration avait souhaité réunifier les fonctions de président et de directeur général, projet qui sera soumis à l‘assemblée générale de juin. Sous réserve de sa réélection à son mandat d‘administrateur, Pierre-André de Chalendar deviendra alors PDG du groupe.

Les deux fonctions avaient été dissociées pour la transition à la tête du groupe. Jean-Louis Beffa, qui dirigeait St-Gobain depuis 1986, avait cédé en 2007 la direction générale à Pierre-André de Chalendar pour conserver la seule présidence du conseil d‘administration, un mandat qui arrive maintenant à son terme en application de la limite d’âge.

Avec la contribution de Juliette Rouillon. Edité par Dominique Rodriguez et Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below