25 février 2010 / 06:44 / il y a 7 ans

LEAD 3 Suez Env. - 2009 en baisse, croissance prévue en 2010

* Hausse du CA d'au moins 5% en 2010 et RBE vu en croissance d'au moins 8%, à changes constants

* Nouveau plan de réduction de coûts sur 2010-2012

* 2009 en ligne avec les attentes

(Actualisé avec conférence, cours, commentaire d'analyste)

par Benjamin Mallet

PARIS, 25 février (Reuters) - Suez Environnement (SEVI.PA) a publié jeudi des résultats 2009 en baisse en raison de ses activités dans les déchets mais a indiqué qu'il tablait sur un retour de la croissance en 2010.

Le numéro deux mondial des services à l'environnement a également annoncé un nouveau programme de réduction de coûts pour la période 2010-2012, dont il attend un gain net d'Ebitda (résultat brut d'exploitation, RBE) de 250 millions d'euros en cumulé sur trois ans par rapport à 2009.

Pour l'exercice en cours, dans l'hypothèse d'une croissance du PIB estimée à 1% pour la zone euro et d'une prise de contrôle de l'espagnol Agbar AGS.MC prévue pour mi-2010, le groupe vise une croissance de son chiffre d'affaires d'au moins 5% et une progression de son RBE d'au moins 8% par rapport à 2009, à taux de change constants.

Il estime également que son cash flow libre devrait être d'au moins 0,7 milliard d'euros en 2010 et ses investissements d'un maximum de 1,3 milliard, avec 0,6 milliard supplémentaire lié à l'opération Agbar.

Prié de dire si la prévision de RBE du groupe n'était pas trop prudente, son directeur général Jean-Louis Chaussade a déclaré lors d'une conférence: "Les activités de Suez Environnement, en général, évoluent à une vitesse qui est de l'ordre du PIB plus 2% à 3% (...). Supposer que nous allons croître de 3% à peu près dans un environnement extrêmement difficile avec une visibilité faible, c'est raisonnable."

"Par ailleurs, mathématiquement, si l'opération se fait bien aux dates prévues, la consolidation d'Agbar en totalité nous apportera sur l'année une centaine de millions, ce qui représente à peu près 5%."

Le groupe a enregistré en 2009 un résultat net part du groupe de 403 millions d'euros (-24,4%), un résultat opérationnel courant de 926 millions (-12,1% hors changes), un RBE de 2.060 millions (-1,2% à changes constants) et un chiffre d'affaires de 12.296 millions (+0,6% à changes constants).

BAISSE DE COÛTS PLUS RAPIDES QUE PRÉVU

Selon le consensus réalisé par la rédaction de Reuters, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 379 millions d'euros, un RBE de 2.057 millions et un chiffre d'affaires de 12.248 millions. Suez Environnement propose un dividende stable de 0,65 euro par action au titre de 2009. Jean-Louis Chaussade a précisé que la société comptait mener une politique "attractive" en la matière, sans prendre d'engagement précis pour 2010.

A 11h20, le titre perdait 0,56% à 16,025 euros pendant que le CAC 40 gagnait 0,17%. Un analyste basé à Londres a estimé que la prévision était inférieure aux attentes mais que le nouveau programme de réduction de coûts constituait un élément positif.

L'activité Propreté Europe a reculé de 5% à changes constants à 5.319 millions d'euros (-7,5% en organique) en 2009, pour un RBE en baisse de 12,1% à changes constants (-15,5% en organique) à 798 millions.

Le RBE de la division Eau Europe s'établit à 866 millions, en hausse de 7,2% à changes constants (+5,6% en organique), tandis que celui de l'International ressort à 468 millions (+11,3% à changes constants, +10,7% en organique).

Le plan de réduction de coûts de Suez Environnement, lancé en 2008, s'est traduit par 190 millions d'euros d'économies au niveau du RBE sur deux ans, dépassant avec un an d'avance l'objectif de 180 millions fixé pour fin 2010.

La dette nette du groupe a atteint 6.282 millions d'euros à fin 2009, pour un ratio dette nette/RBE de 3,05, contre 5.971 millions et un ratio de 2,84 à fin 2008. Le groupe vise un ratio de l'ordre de 3 à l'horizon 2012, grâce notamment à la mise en oeuvre de son plan d'économies et à "une forte sélectivité en matière d'investissements".

Jean-Louis Chaussade a souligné que le groupe atteindrait cet objectif par ses "propres moyens", avec éventuellement des "petites rotations d'actifs".

Le groupe indique en outre qu'il n'y a pas d'indications, à ce stade, qu'il doive céder des actifs dans le cadre de la prise de contrôle d'Agbar.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below