25 février 2010 / 06:39 / dans 8 ans

LEAD 4 Crédit agricole annonce un bon début 2010, le titre monte

* Bénéfice net de 433 mlns d‘euros au T4

* Les provisions ressortent à 1.288 mlns d‘euros au T4

* Pas d‘inquiétudes sur Bâle III

* L‘action Crédit agricole en hausse à la Bourse de Paris

(Actualisée avec cours et commentaires d‘analystes)

par Matthieu Protard

PARIS, 25 février (Reuters) - Crédit agricole SA (CAGR.PA), qui a rapporté jeudi un résultat net inférieur aux attentes au quatrième trimestre, fait état d‘un bon démarrage de ses activités en 2010 même si la banque juge qu‘il est encore trop tôt pour anticiper un recul des provisions.

La troisième banque française par la capitalisation boursière a fait état d‘un bénéfice net de 433 millions d‘euros pour les trois derniers mois de 2009, là où le consensus tablait en moyenne sur un bénéfice net de 476 millions d‘euros contre une perte de 309 millions un an plus tôt (voir [ID:nLDE61L0V8]).

Calyon, la banque de financement et d‘investissement (BFI) du Crédit agricole, activité la plus touchée par la crise financière, reste dans le rouge sur la période, avec une perte nette de 117 millions.

A la Bourse de Paris, vers 12h05, l‘action Crédit agricole gagnait 4,13% à à 10,9550 euros après avoir ouvert en baisse, surperformant du coup l‘indice sectoriel DJ Stoxx .SX7P des banques européennes (+0,48%).

Depuis le début de l‘année, elle abandonne néanmoins encore plus de 11% après avoir gagné 55% en 2009.

Les analystes de Credit suisse estiment dans leur note de recherche que les résultats du quatrième trimestre “manquent de lustre” mais soulignent que “la valorisation (de la banque) est trop intéressante pour être ignorée”.

“Les actifs hérités du passé continuent d‘impacter les résultats”, explique de son côté Jaap Meijer, analyste financier d‘Evolution Securities, qui reste à la vente sur la valeur.

“Nous notons (...) des chiffres inférieurs aux attentes sur le pôle asset management/banque privée/assurance et sur la BFI”, relève un analyste parisien, tout en soulignant “une bonne tenue des métiers retail (banque de détail) et des services financiers spécialisés”.

STABILISATION DES PROVISIONS

Pour l‘ensemble de l‘exercice 2009, le bénéfice net de Crédit agricole SA ressort en progression de près de 10% à 4,69 milliards d‘euros. Il est de 2,75 milliards pour l‘ensemble du groupe Crédit agricole à comparer aux 5,83 milliards de BNP Paribas (BNPP.PA) et de 678 millions de la Société générale (SOGN.PA) ([ID:nLDE61E1Q3] et [ID:nLDE61G2DU]).

Le Crédit agricole a aussi fait savoir que les provisions se sont élevées à 1.288 millions d‘euros sur les trois derniers mois de 2009 en repli de 20,2% par rapport au quatrième trimestre 2008.

Sur l‘ensemble de l‘exercice 2009, elles sont toutefois en hausse de 48% à 4.689 millions d‘euros.

Interrogé sur l’évolution du coût du risque en 2010, Georges Pauget, le directeur général de Crédit agricole SA, a jugé lors d‘une conférence de presse téléphonique qu‘il était “délicat” de se prononcer sur une décrue des provisions cette année.

La semaine dernière, BNP Paribas et la Socgen ont dit anticiper un recul des provisions à partir de la mi-2010.

Georges Pauget a néanmoins estimé que les provisions s’étaient stabilisées l‘an dernier, tout en restant à un niveau élevé par rapport à 2008.

PAS D‘INQUIÉTUDES SUR BÂLE III

Ces résultats trimestriels sont les derniers que présente Georges Pauget qui cèdera le 1er mars son poste de directeur général de Crédit agricole SA à Jean-Paul Chifflet dans le cadre d‘une réorganisation de l’état-major de la banque ([ID:nLA700421]).

Prié de se prononcer sur les perspectives pour 2010, Georges Pauget a déclaré que la banque avait une “quote-part de résultats récurrents beaucoup plus importante” que les autres banques françaises.

“Les premières tendances de l‘année 2010 confirment la bonne marche de l‘ensemble des activités du groupe”, a aussi souligné le Crédit agricole dans son communiqué.

Sanctionnée par le marché en raison des craintes sur les conséquences possibles de la nouvelle réglementation bancaire dite Bâle III sur ses fonds propres, le Crédit agricole a une nouvelle fois voulu rassurer les analystes.

Bertrand Badré, le directeur financier de la banque, a en effet souligné que la nouvelle réglementation bancaire Bâle III n’était pas une source d‘inquiétudes particulières pour le Crédit agricole du fait de sa structure mutualiste.

“Les scénarios dans lesquels on prédit une déduction de dix à 12 milliards (d‘euros) de core tier one, il faut les évacuer”, a-t-il souligné.

A fin 2009, Crédit agricole SA affiche des ratios de solvabilité financière “tier one” et “core tier one ” de respectivement 9,5% et 9,3%.

Lire aussi:

* L‘accord sur Intesa va doper la présence de CASA en Italie [ID:nLDE61I1WC]

* Chifflet, un défenseur acharné de la banque de détail [ID:nL9419671]

* Crédit agricole et Natixis souffrent en Bourse après Bâle [ID:nLDE5BH18R]

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below