February 23, 2010 / 10:15 AM / 7 years ago

Heineken et Carlsberg prévoient encore une année difficile

6 MINUTES DE LECTURE

BRUXELLES/COPENHAGUE, 23 février (Reuters) - Heineken (HEIN.AS) et Carlsberg (CARLb.CO) ont tous deux indiqué mardi s'attendre à une année 2010 difficile en raison, notamment, d'une baisse de la consommation liée au marasme économique.

Les deux brasseurs ont néanmoins publié des résultats globalement conformes aux attentes et Carlsberg a relevé sa prévision de marge opérationnelle à moyen terme, ce qui fait grimper le titre en Bourse.

Vers 9h50 GMT, le titre Carlsberg était en tête des hausses de l'indice de la Bourse de Copenhague avec un bond de 8%.

L'action Heineken progressait pour sa part de 2,6%.

"L'environnement économique mondial va continuer d'entraîner une diminution de la consommation de bière et une baisse de l'activité dans un certain nombre de régions en 2010", prévient Heineken dans un communiqué.

Le brasseur néerlandais, numéro trois mondial avec les marques Heineken et Amstel notamment, a fait état d'un bénéfice annuel avant intérêts, impôts et exceptionnels (Ebit) en hausse de 14% à périmètre comparable, à 2,095 milliards d'euros, contre 2,10 milliards attendus par les analystes interrogés par Reuters.

Ses volumes de bière ont pourtant reculé de 5,4% mais un effet mix/prix favorable a permis de limiter la baisse du chiffre d'affaires à 0,2%. Les réductions de coûts expliquent ainsi la progression du bénéfice.

Heineken, qui a indiqué que les hausses de prix seraient cette année "bien inférieures" à celles de 2009, a d'ailleurs annoncé qu'il allait poursuivre son programme de réduction de coûts lancé l'an dernier dans toutes ses activités et qui a déjà permis d'économiser 155 millions d'euros en 2009.

Pour autant, la hausse des coûts de l'énergie et du marketing pourrait compenser cette année une baisse probable de ceux des matières premières, notamment des prix de l'orge.

LE MARCHÉ RUSSE DÉPRIMÉ

Le danois Carlsberg a vu de son côté son bénéfice d'exploitation progresser de 18% à 1,64 milliard de couronnes (220 millions d'euros) au quatrième trimestre 2009, tandis que les analystes espéraient 1,65 milliard de couronnes.

Pour autant, le quatrième brasseur mondial a dit s'attendre à ce que la dynamique de consommation soit mise à l'épreuve cette année, même s'il souligne également l'existence de "nombreuses opportunités pour renforcer (sa) position sur (ses) marchés clés".

Carlsberg, dont le chiffre d'affaires trimestriel est ressorti en baisse de 6% à 13,6 milliards de couronnes, malgré des volumes inchangés, s'attend notamment à un recul d'au moins 10% du marché russe en 2010.

A moyen terme, il table cependant toujours sur une croissance de 3% à 5% en Russie, et évoque la possibilité d'un retour rapide à ces niveaux au-delà de 2010.

Le brasseur danois a déclaré s'attendre à ce que les constitutions de stocks en Russie enregistrées au dernier trimestre 2009 et les déstockages qui vont intervenir au premier trimestre amputent les bénéfices d'exploitation des trois premiers mois de 2010 et de l'ensemble de l'année à hauteur de 300 millions de couronnes.

Il prévoit cependant une croissance de son bénéfice net de plus de 20% en 2010 sur la base de sa prévision de bénéfice d'exploitation, qui devrait ressortir au même niveau que celui de l'an dernier.

Carlsberg a aussi fourni de nouveaux objectifs ambitieux pour ses marges à moyen terme. Il a dit viser une marge d'exploitation de 20% pour le groupe, de 15% à 17% pour l'Europe du Nord et de l'Ouest (contre 14-16% précédemment) et de 26% à 29% pour l'Europe de l'Est (contre 23-25%). Pour l'Asie, l'objectif est de 15% à 20%.

"Carlsberg sera plus fort pour faire face à la concurrence et en bon état pour tirer profit des améliorations du marché en 2011", commlente S&P Equity Research dans une note.

Carlsberg a aussi proposé de maintenir à 3,5 couronnes par action le montant de son dividende versé au titre de 2009.

Le mois dernier, SABMiller SAB.L, numéro deux mondial du secteur, a annoncé que ses volumes de bière n'avaient pas progressé au cours du dernier trimestre 2009, précisant que la hausse de la demande dans les marchés émergents avait permis de compenser les baisses observées en Europe, en Amérique du nord et en Afrique du sud. (voir [ID:nLDE60I0A7])

Philip Blenkinsop à Bruxelles, Anna Ringstrom et John Acher à Copenhague, version française Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below