26 février 2010 / 17:01 / il y a 8 ans

LEAD 1 VW évoque une reprise après un exercice 2009 difficile

* Bénéfice d‘exploitation 2009 de E1,86 milliard

* Dividende de 1,66 euro par action (1,99 euro pour 2008)

* L‘action a fini en baisse de 1,29%

FRANCFORT, 26 février (Reuters) - Volkswagen (VOWG_p.DE) anticipe un rebond de son bénéfice d‘exploitation cette année grâce à une hausse de ses volumes de ventes qui pourrait lui permettre de se rapprocher de Toyota (7203.T) dans la course au titre de premier constructeur mondial.

“Le chiffre d‘affaires du groupe et son bénéfice d‘exploitation pour 2010 devraient dépasser les chiffres du précédent exercice en dépit de l’évolution des volumes selon les marchés”, a déclaré le groupe allemand.

“La volatilité des taux d‘intérêt et de change continuera d‘affecter les résultats”, a-t-il ajouté dans un communiqué après avoir publié ses résultats annuels, initialement prévus le 11 mars.

A la Bourse de Francfort, l‘action préférentielle Volkswagen a fini en baisse de 1,29% alors que l‘indice DJ Stoxx paneuropéen du secteur automobile gagnait 1,3%.

Le bénéfice d‘exploitation de Volkswagen a chuté de 71% l‘an dernier, à 1,86 milliard d‘euros, alors que les analystes interrogés par Reuters tablaient sur 2,06 milliards.

VW proposera à l‘assemblée générale de réduire le montant du dividende par action à 1,66 euro, contre 1,99 euro au titre de 2008, soit une baisse de 17%.

Le constructeur envisage de lever de nouveaux fonds en émettant 135 millions de nouvelles actions préférentielles, ce qui devrait multiplier par plus de deux le capital de cette classe d‘actifs.

Cette opération permettra au groupe d‘acquérir Porsche (PSHG_p.DE) et le groupe de concessionnaires de Porsche Holding dont l‘ensemble est valorisé 16 milliards d‘euros, dette comprise.

Au début du mois, Volkswagen avait dit compter employer une partie du produit d‘une augmentation de capital pour financer ses projets concernant “Porsche, Suzuki (7269.T), MAN (MANG.DE)/Scania SCVb.ST et les investissements dans les usines”. [ID:nLDE6132GC]

Les accords salariaux peu contraignants, les partages de coût de développement portant sur plus de six millions de véhicules et une gestion rigoureuse des liquidités ont permis au constructeur allemand d‘amasser un important trésor de guerre, tout en se positionnant comme l‘un des groupes les plus compétitifs du secteur.

De fait, même après le rachat de près de la moitié de Porsche, la trésorerie de VW a atteint 10,6 milliards d‘euros à fin 2009, en hausse d‘un tiers sur un an.

Toutefois, dans le cadre de la reprise de Suzuki, VW a transféré près d‘1,7 milliard d‘euros au constructeur japonais en janvier.

Christiaan Hetzner, version française Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below