February 18, 2010 / 6:58 AM / 7 years ago

LEAD 4 Schneider vise la croissance et une marge de 14% en 2010

7 MINUTES DE LECTURE

* CA -15,7% en 2009, Ebita avant restructuration -30,4%

* Résultats meilleurs que prévu, dividende 2,05 euros

* Croissance à un chiffre des ventes attendue en 2010

* L'environnement reste incertain sur les marchés matures

* L'action surperforme le secteur

(Actualisé avec conférence de presse et précisions)

par Gilles Guillaume

PARIS, 18 février (Reuters) - Schneider Electric (SCHN.PA) table sur un retour de la croissance de ses ventes et sur une amélioration de sa rentabilité en 2010 malgré un environnement économique toujours incertain, après une année 2009 marquée par des résultats supérieurs aux attentes.

Le groupe a souligné jeudi que la demande devrait rester atone sur les marchés matures en raison des incertitudes qui planent sur l'économie et l'absence de reprise dans le bâtiment.

Mais il a ajouté qu'il tablait sur un retour à "une croissance modérée à un chiffre" de son chiffre d'affaires à taux de change et périmètre constants, grâce notamment aux économies émergentes.

Le numéro un mondial des équipements électriques basse tension et numéro trois pour la moyenne tension renforce actuellement sa présence géographique sur ces marchés où il a réalisé 34% de ses ventes en 2009, dont un peu plus de 10% en Chine, devenue deuxième marché du groupe derrière les États-Unis (25%) et juste devant la France.

"La situation en 2010 sera contrastée entre le monde occidental et les nouvelles économies", a déclaré Jean-Pascal Tricoire, président du directoire, au cours d'une conférence de presse. "Sur les nouvelles économies, on est d'ores et déjà en forte croissance et tous les moteurs de Schneider sont complètement allumés."

La Marge Devrait Remonter en 2010

Le groupe, qui se renforce également dans les solutions complètes de gestion de l'énergie, a ouvert en nette hausse de 4,3% à la Bourse de Paris après ces annonces. Le titre, qui avait perdu 6% environ depuis le début de l'année à la clôture de mercredi, gagnait encore 2,97% à 78,98 euros vers 13h10, surperformant l'indice DJ Stoxx .SXNP des valeurs européennes du secteur, qui gagnait à la même heure 1,38%.

"Les résultats sont très bons, bien meilleurs qu'attendu, et surtout les prévisions me semblent très ambitieuses", commente une analyste du secteur sous couvert d'anonymat. "Le consensus 2010 devra être révisé en hausse de 5% à 10%."

L'optimisme affiché par Schneider contraste avec la prudence de son concurrent allemand Siemens (SIEGn.DE), qui juge qu'il n'y a pour l'heure aucune image cohérente permettant de parler d'un redressement du secteur. (voir [ID:nLDE6190QD])

En 2009, le chiffre d'affaires de Schneider a baissé de 15,7%, l'hypothèse la moins faste envisagée par le groupe. Mais à 15,79 milliards d'euros, celui-ci dépasse néanmoins le consensus Thomson Reuters I/B/E/S qui donnait 15,75 milliards.

Les ventes se sont améliorées d'un semestre sur l'autre, puisque sur les six premiers mois de l'année le chiffre d'affaires s'était contracté de 17,9%.

Le bénéfice avant intérêts, impots et amortissements (Ebita) a reculé de 34,3% à 1,82 milliard d'euros (consensus 1,65 milliard). La baisse du coût des matières premières a représenté un gain de 144 millions mais la remontée des prix des matières premières devrait plutôt se traduire en 2010 par un coût de 100 à 150 millions.

EN TRÈS BONNE POSITION POUR LA CONSOLIDATION

Schneider s'attend à voir sa marge d'Ebita remonter cette année à 14% environ avant coûts de restructuration et tout impact d'intégration d'Areva Distribution.

En 2009, la marge d'Ebita avant restructurations et produit exceptionnel est tombée à 12,9%, contre 16% en 2008, au-delà de l'objectif de 12,5% que le groupe s'était fixé.

Les mesures d'économies engagées dans le cadre du programme ONE ont permis de générer 646 millions d'euros - 105 millions de gains de productivité et 541 millions d'économies sur les fonctions support et les frais généraux. Les effectifs globaux du groupe ont été réduits de 10% environ d'une année sur l'autre.

Le directeur financier Emmanuel Babeau, dans un entretien téléphonique avec Reuters, a précisé que le groupe comptait générer cette année entre 400 et 500 millions d'euros d'économies supplémentaires, et qu'il était en ligne avec son objectif de 1,6 milliard d'économies cumulées à l'horizon 2011.

L'année 2009 a également été marquée par un cash flow libre record de 1,971 milliard, ce qui a permis au groupe de réduire de 38% son endettement net à 2,81 milliards. Ce qui a fait dire à Jean-Pascal Tricoire que la dette "n'est plus un problème".

Schneider disposait au 31 décembre de 3,5 milliards d'euros de trésorerie et équivalent, dont 1,1 milliard serviront à financer l'acquisition de l'activité distribution d'Areva CEPFi.PA qui devrait être finalisée au printemps. Jean-Pascal Tricoire a indiqué que le groupe était en très bonne position pour participer à une poursuite de la consolidation du secteur.

Le résultat net a chuté de 49,3% à 852 millions d'euros. Schneider proposera le versement d'un dividende de 2,05 euros par action au titre de l'exercice écoulé, contre 3,43 euros l'année précédente, soit une baisse d'environ 40.

Voir aussi:

* Les résultats trimestriels de Siemens [ID:nLDE60P052]

* D'autres informations financières sur Schneider Electric: here

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below