February 18, 2010 / 6:58 AM / 7 years ago

LEAD 3 PPR-Cap sur la croissance, pas de cessions à court terme

7 MINUTES DE LECTURE

* Rentabilité opérationnelle stable à 8,4%

* Forte baisse de la dette

* Priorité à la croissance des ventes en 2010

* Pas d'acquisition stratégique avant une cession

(Actualisé avec précisions, déclarations de François-Henri Pinault)

par Pascale Denis

PARIS, 18 février (Reuters) - PPR (PRTP.PA), qui est parvenu à maintenir sa marge malgré des résultats et des ventes en baisse en 2009, met le cap sur la croissance en 2010 et n'entend pas procéder à une importante acquisition à très court terme.

Très attendu sur la stratégie de recentrage du groupe sur le luxe et les marques de mode grand public, entamée avec la mise en Bourse d'une participation majoritaire de la filiale CFAO CFAO.PA, son PDG François-Henri Pinault a déclaré jeudi qu'il ne procèderait à aucune acquisition stratégique avant d'avoir réalisé des cessions [ID:nWEB0971].

Disant ne pas vouloir "brader" les marques de distribution de PPR (Conforama, Fnac et Redcats) dans des conditions de marché difficiles et souhaitant préserver sa notation financière, il a précisé, à l'occasion de la présentation des résultats annuels, qu'il agirait "sans précipitation" et que "cela pourrait peut-être prendre deux ou trois ans".

Il a cependant évoqué de possibles acquisitions "tactiques" de plus petite taille, disant que "quelques projets étaient à l'étude" [ID:nWEB0979].

Aux yeux de certains analystes, comme ceux du Crédit suisse, ces acquisitions de taille modeste devraient davantage cibler des marques de "lifestyle", comme Puma, que des marques de luxe.

PPR, dont les ventes ont reculé de 5,6% en données comparables l'an dernier, a vu son résultat opérationnel courant 2009 baisser de 4% à 1,4 milliard, un chiffre légèrement supérieur au consensus de la rédaction de Reuters de 1,3 milliard.

Sa rentabilité est cependant restée stable à 8,4%, grâce surtout aux efforts de restructurations et de réduction de coûts réalisés dans les enseignes de distribution, qui ont toutes vu leur marges se redresser, alors que celles du luxe ont toutes baissé et que Yves Saint Laurent replonge dans le rouge (perte opérationnelle de 10 millions d'euros) après avoir atteint l'équilibre en 2008.

Apres La Rigueur, La Croissance

Au total, la baisse des charges opérationnelles a atteint 317 millions d'euros, a précisé le directeur financier du groupe, Jean-François Palus, lors d'une conférence téléphonique.

Par ailleurs, le groupe a dégagé un cash flow libre opérationnel en très forte hausse à 1,1 milliard d'euros et son endettement financier - très surveillé par les analystes - a été réduit de 21%, à 4,4 milliards.

Le résultat net part du groupe des activités poursuivies recule de 0,8% à 712 millions d'euros et le dividende proposé reste stable à 3,30 euros.

Ces chiffres ont été bien accueillis par le marché, le titre grimpant de 3,5% à 87,69 euros à la Bourse de Paris vers 12h55, alors que le CAC avance de 0,3% au même moment et que l'indice diversifié des biens de consommation DJ Stoxx .SXQP prend 1%.

Les analystes saluent un "belle résistance des marges", l'amélioration du ratio d'endettement et la reprise des ventes dans le luxe.

Après avoir préservé ses marges, PPR se donne pour priorité de faire progresser ses ventes cette année et dit vouloir engager "une véritable offensive commerciale" sur les marchés les plus porteurs, à savoir les pays émergents et les ventes sur internet.

Pour y parvenir, les investissements, qui avaient fortement baissé en 2009, repartiront à la hausse avec un accent particulier sur le luxe, où la progression atteindra deux chiffres, a précisé François-Henri Pinault.

L'Asie, particulièrement ciblée, concentrera les deux tiers des 40 ouvertures de magasins prévues pour les marques de luxe.

François-Henri Pinault a également indiqué que PPR poursuivrait le développement de la marque Alexander McQueen, dont le créateur vient de disparaître.

Le développement de Puma (PUMG.DE), dont PPR détient 68% du capital et dont la rentabilité a baissé de 0,9 point, est lui aussi considéré comme stratégique.

Dans la distribution, les investissements porteront principalement sur le développement du commerce en ligne.

Reprise Du Luxe

Sur le seul quatrième trimestre, la baisse des ventes de PPR s'est nettement ralentie (-2,3% après un recul de 6,6% sur neuf mois) grâce à un rebond largement anticipé du pôle luxe (+3%), après des tendances similaires publiées par les grands acteurs du luxe, comme LVMH (LVMH.PA) ou Richemont CFR.VX et des bases de comparaison favorables au 4e trimestre 2008.

Cette progression a permis d'amortir la très forte baisse du chiffre d'affaires de Puma (PUMG.DE) (-14%).

Dans le luxe, qui compte pour 45% de la rentabilité du groupe, les ventes ont progressé pour toutes les marques à l'exception d'Yves Saint Laurent (-3,9%). Pour la seule marque Gucci (70% des ventes du pôle) elles ont augmenté de 2,4%.

Dans la distribution, les ventes de Conforama et Fnac se sont stabilisées, tandis qu'elles ont baissé de 7% chez Redcats.

* Les principales données financières du groupe : here

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below