4 février 2010 / 07:35 / dans 8 ans

LEAD 2 Unilever bat le consensus mais l'Europe de l'Ouest pèse

* Croissance organique de 1,8% des ventes au T4

* Faiblesse persistante en Europe occidentale

* La croissance des volumes prioritaire en 2010

* Amélioration des marges et hausse du cash-flow en vue * L‘action cède plus de 2,5%

par David Jones

LONDRES, 4 février (Reuters) - Unilever (ULVR.L)(UNc.AS) a publié jeudi des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, marqués par une croissance organique de 1,8% de ses ventes, qui valide la stratégie du nouveau directeur général Paul Polman privilégiant les volumes sur les marges.

En augmentant les dépenses de marketing et en baissant les prix, le groupe anglo-néerlandais a enregistré une hausse de ses ventes en volumes pour un troisième trimestre consécutif sur la période octobre-décembre 2009, tandis que le recul des cours des matières premières soutenait ses marges.

L‘action Unilever cédait cependant 2,5% en milieu de matinée à la Bourse de Londres, les résultats faisant apparaître une faiblesse persistante en Europe occidentale, des baisses de prix qui pourraient être plus importantes qu‘attendu et un risque de faiblesse en termes d‘innovation.

“Paul Polman travaille dur pour combler le manque de compétitivité d‘Unilever (...) Ce qui manque, c‘est toujours une amélioration du flux d‘innovation”, commente Graham Jones, de la maison de courtage Panmure Gordon.

Le marché anticipait une croissance organique limitée à 1,4% sur les trois derniers mois de l‘année. Sur l‘ensemble de 2009, la croissance organique a été de 3,5% contre 3,4% attendu.

Mais le détail des résultats montre une poursuite de la baisse des ventes annuelles et des volumes en Europe de l‘Ouest, conséquence notamment d‘un climat économique peu porteur dans le sud du continent. De plus, la faiblesse de la livre sterling et la hausse des dépenses commerciales ont pesé sur les marges.

PRIORITÉ AUX VOLUMES

“Nous allons continuer de nous concentrer sur la croissance des volumes comme principal moteur de la création de valeur à long terme, tout en assurant une amélioration régulière et durable d‘une année sur l‘autre des marges d‘exploitation ainsi qu‘un cash-flow solide”, a déclaré Paul Polman dans le communiqué de résultats.

La croissance des volumes à données comparables a été de 2,3% en 2009 mais elle a atteint 5% au quatrième trimestre, la baisse des cours de matières premières comme les huiles comestibles et le thé ayant favorisé les baisses de prix.

Paul Polman, intronisé à la tête du groupe au début 2009 après avoir travaillé pour des concurrents comme Procter & Gamble (PG.N) et Nestlé NESN.VX, a rapidement affiché sa volonté de relancer les volumes alors que le groupe avait compté en 2008 sur les hausses de prix pour faire croître son chiffre d‘affaires.

Pour 2010, il anticipe un maintien des pressions sur la consommation et une intensification de la concurrence mais juge qu‘Unilever est aujourd‘hui plus rapide et plus réactif.

Le bénéfice par action courant ressort à 1,33 euro pour 2009, dépassant de quatre centimes le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Le groupe propose un dividende de 0,1950 euro par action Unilever NV (UNc.AS) et de 17,04 pence par titre Unilever Plc (ULVR.L) au titre du quatrième trimestre.

En Bourse, la valeur a surperformé de 8% l‘indice FTSE 100 .FTSE londonien en 2009 mais il évolue depuis le 1er janvier en ligne avec le FTSE comme avec le DJ Stoxx de l‘alimentation et des boissons .SX3P.

David Jones, version française Marc Angrand, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below