MUFG - Meilleurs profits trimestriels depuis près de deux ans

mercredi 3 février 2010 11h49
 

par David Dolan

TOKYO, 3 février (Reuters) - Mitsubishi UFJ Financial Group (8306.T: Cotation), la première banque japonaise, a publié mercredi son meilleur résultat net en sept trimestres et a confirmé son objectif annuel.

Le groupe bancaire a toutefois subi une forte hausse des coûts liés aux créances douteuses après avoir injecté deux milliards de dollars dans sa filiale américaine. Elle compte par ailleurs racheter et retirer du marché pour 250 milliards de yens d'actions préférentielles.

Mitsubishi UFJ et ses deux grandes concurrentes Mizuho Financial Group (8411.T: Cotation) et Sumitomo Mitsui Financial Group (8316.T: Cotation) se remettent peu à peu après avoir perdu à elles trois 1.200 milliards de yens (9,5 milliards d'euros) durant le précédent exercice financier, siège d'une flambée des créances douteuses et d'une chute des cours en Bourse.

Il y a des signes d'amélioration de la conjoncture mais qui n'équivalent pas à une reprise en bonne et due forme, car une conjoncture économique médiocre localement déprime la demande de crédits, expliquent les analystes. Les banques comptent de plus en plus sur les bénéfices de trading de leurs énormes portefeuilles obligataires pour doper leurs résultats.

"Au moins, on peut dire qu'il n'y a pas de risques baissiers. Les levées de capitaux c'est fini et le bilan commence à s'améliorer progressivement", observe Shinichi Tamura, analyste de Barclays Capital à Tokyo. "Néanmoins, les résultats n'ont rien d'époustouflant."

Mitsubishi UFJ a levé autour de 1.000 milliards de yens de capitaux l'an passé par émission d'actions nouvelles, un record pour une entreprise japonaise, afin de respecter des règles de fonds propres durcies et de développer son activité en Asie.

La banque, qui détient une participation de 21% dans Morgan Stanley (MS.N: Cotation), a fait état d'un bénéfice net du groupe de 76,1 milliards de yens (601 millions d'euros) sur le trimestre octobre-décembre contre une perte nette de 134,1 milliards un an auparavant. C'est son bénéfice le plus fort depuis celui de la période janvier-mars 2008.

Reuters a calculé le solde du troisième trimestre en soustrayant les résultats semestriels de ceux sur neuf mois annoncés ce mercredi.   Suite...