22 janvier 2010 / 13:40 / il y a 8 ans

INTERVIEW LEAD 2 Kaufman&Broad attend un retour au bénéfice net

* Perte nette de 29,8 mlns d‘euros en 2009

* Réservations en hausse de près de 129% en valeur au T4

* Réservations en hausse de 111% en valeur de décembre à mi-janvier

* Dette nette 268,5 mlns d‘euros (-36,4%) à fin novembre

(Actualisé avec commentaires d‘analystes, cours de Bourse)

par Juliette Rouillon

PARIS, 22 janvier (Reuters) - Kaufman & Broad (KOF.PA) prévoit un retour au bénéfice net cette année après deux années particulièrement difficiles en raison de la crise financière et du retournement brutal du marché du logement neuf, a déclaré son PDG Guy Nafilyan, lors d‘une interview à Reuters.

Le promoteur a annoncé vendredi une perte nette de 29,8 millions d‘euros pour l‘exercice 2008-2009 clos fin novembre.

K&B devrait commencer à entrevoir une amélioration sur l‘exercice en cours et profiter de la récente reprise des réservations de logements, a précisé Guy Nafilyan.

Ces réservations, qui ont rebondi au quatrième trimestre de 128,7% en valeur, à 315 millions d‘euros, et de 20,2% en volume, à 1.382 logements, ont encore progressé de 111% en valeur et de 89% en volume au cours des sept premières semaines de 2009-2010.

Mais ce rebond de la demande, soutenue à bout de bras par les mesures de soutien de l‘Etat, ne devrait se refléter pleinement dans les résultats qu‘en 2011, a ajouté le PDG.

“Cette année (2009) était une année d‘ajustement, nous avons pris des mesures difficiles. Maintenant, nous nous préparons à un retour à un résultat net positif. (...) Nous avons fait un très gros travail de réajustement de nos terrains, de nos produits, de nos implantations. Maintenant, il faut préparer un bon exercice 2010 et surtout un très bon 2011”, a-t-il expliqué.

K&B, détenu à 85% par PAI Partners, a travaillé à dégager de la trésorerie et réduire sa dette, au prix d‘une chute de ses marges bénéficiaires en 2009. Son taux de marge brute est passé de 18,2% lors de l‘exercice 2007-2008 à 13,6% en 2008-2009.

Au cours de ces deux dernières années, le promoteur a réduit drastiquement ses coûts de production, bradé ses logements conçus avant la crise, revu en baisse la valorisation de ses terrains et adapté son offre de logements, notamment en se recentrant sur les plus grandes villes de France.

CAPACITE FINANCIERE DE 300 MLNS D‘EUROS

Entre novembre 2008 et novembre 2009, son endettement a été réduit de 36,4% à 268,5 millions d‘euros. Au 30 novembre, le promoteur disposait d‘une capacité financière de près de 300 millions d‘euros, a précisé Guy Nafilyan.

Le groupe s‘est aussi concentré sur le marché des primo-accédants, dont beaucoup bénéficient du prêt à taux zéro, ainsi que des investisseurs individuels, attirés par les réductions fiscales prévues dans le cadre du dispositif dit “Scellier”.

Quant au marché des autres acheteurs, largement bloqué par la paralysie du marché des logements anciens, il pourrait se réveiller à partir du second semestre 2010, a estimé Guy Nafilyan.

Il s‘est dit ”confiant mais “très prudent” sur le marché du logement, qui reste selon lui “convalescent”.

Vers 14h40, le titre progressait de 0,83% à 16,95 euros.

Les analystes notent que le résultat net est inférieur aux attentes du marché, principalement en raison du débouclage par anticipation d‘un contrat de swaps de taux annoncé en novembre qui lui a coûté cinq millions d‘euros.

Mais ils jugent la poursuite du rebond des réservations rassurante, tout en soulignant que la base de comparaison du quatrième trimestre 2008 était particulièrement faible.

“Les réservations de logements neufs au quatrième trimestre ont été assez bonnes et semblent perdurer en décembre/janvier”, dit Emmanuel Emmanuel Parot, analyste chez Gilbert Dupont.

Les analystes saluent aussi la baisse plus rapide que prévu de l‘endettement grâce à une politique de réduction des stocks.

“La dette est nettement inférieure au consensus”, souligne Samuel Henry-Diesbach, analyste chez Képler Capital Markets.

K&B, qui revendique une part de marché de 10-15% dans les grandes villes, figure parmi les premiers promoteurs de logements, avec Nexity (NEXI.PA) et Bouygues (BOUY.PA).

Juliette Rouillon, édité par Danielle Ruquié et Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below