14 mai 2009 / 05:44 / il y a 8 ans

LEAD 3 CASA redevient bénéficiaire au T1 après la perte du T4

* Bénéfice net de E202 mlns au T1 2009

* Revenus en repli de 1,2%

* Provisions multipliées par 2,4

(actualisé avec cours §3, commentaire d'analystes §4-5)

Par Matthieu Protard

PARIS, 14 mai (Reuters) - Le Crédit agricole (CAGR.PA) a renoué jeudi avec les bénéfices en annonçant pour le premier trimestre 2009 un résultat net de 202 millions d'euros, après avoir accusé une perte de 309 millions au quatrième trimestre 2008.

Le consensus Reuters tablait toutefois sur un résultat net supérieur, à 394 millions d'euros, selon la moyenne des prévisions de 11 analystes.

Vers 11h30, l'action progressait de 1,18% à 10,31 euros après avoir ouvert en baisse de 4%. Au même moment, l'indice sectoriel DJ Stoxx .SX7P des banques européennes était en hausse de 0,93%.

"Les résultats sont rassurants mais ne sont pas de nature à emballer le marché", écrivent les analystes du courtier KBW, se référant notamment à la poursuite des provisions liées à la filiale grecque Emporiki CBGr.AT et une collecte dans la gestion d'actifs inférieure aux attentes.

"Dans l'ensemble, nous estimons que ces résultats montrent quelque peu que Crédit agricole a réduit ses risques mais il y a une performance sous-jacente terne en raison du ralentissement économique", souligne Guillaume Tiberghein, analyste de Crédit suisse.

Le Crédit agricole a indiqué avoir enregistré un produit net bancaire en baisse de 1,2% sur les trois premiers mois de l'année, à 4.061 millions d'euros alors que les analystes attendaient des revenus en hausse de 8,8% à 4.470 millions d'euros.

Ses provisions ont été multipliées par 2,4 à 1.085 millions d'euros sur le trimestre, sensiblement supérieures aux attentes. [ID:nLB443295]

En raison du ralentisssement de l'économie en Grèce, le Crédit agricole a annoncé qu'un nouveau plan de restructuration serait annoncé le 25 juin prochain pour sa filiale gecque Emporiki, qui a accusé une perte nette de 168,7 millions d'euros au premier trimestre. [ID:nLB9180]

LA BANQUE ÉCARTE TOUTE NOUVELLE AIDE DE L'ETAT

Le Crédit agricole, dont le ratio de solvabilité financière "Tier One" ressort à 8,8% à fin mars, a redit que la banque ne solliciterait pas la deuxième tranche d'aide de l'Etat français au secteur bancaire, à la différence de BNp Paribas (BNPP.PA) et de la Socgen (SOGN.PA).

"On ne recourt pas à la deuxième tranche. Nos ratios sont en ligne avec ce que nous avions annoncé et estimé", a déclaré Georges Pauget, le directeur général du groupe lors d'un conférence téléphonique.

"Il n'y a aucune raison de modifier nos positions", a-t-il ajouté.

Dans le cadre de la première enveloppe d'aide mobilisée par le gouvernement français en décembre 2008, la banque avait reçu 3 milliards d'euros sous la forme de dette super-subordonnée.

La banque disposait de 100 milliards d'euros d'actifs mobilisables auprès des banques centrales.

PAS DE PERTE DE VALEUR CONSTATÉE SUR INTESA

La Banque verte, qui s'est trouvée lundi au centre d'une controverse liée à la comptabilisation de sa participation de 5,8% dans la banque italienne Intesa Sanpaolo (ISP.MI), a fait savoir qu'elle n'avait pas enregistré de perte de valeur sur cette participation dans les comptes du premier trimestre.

L'action Intesa a perdu 43,42% sur les douze derniers mois.

"Nous n'avions pas de raison de constater une perte de valeur au 31 mars", a indiqué Bertrand Badré.

"Au 31 mars, nous n'avons pas constaté de dépréciation durable", a-t-il ajouté.

Elle a fait savoir qu'en vertu du pacte d'actionnaires noué avec l'assureur italien Generali (GASI.MI), sa participation dans Intesa serait comptabilisée en sociétés mises en équivalence à partir du deuxième trimestre, ce qui lui permettra de ne plus avoir à valoriser cette part en valeur de marché.

Bertrand Badré a déclaré que le groupe décidera au 30 juin prochain s'il y a lieu ou non de constater une perte de valeur sur sa participation.

L'accord conclu le 24 avril avec Generali va être examiné par "l'Antitrust", l'autorité italienne chargée des questions de concurrence.

"Nous avons toujours indiqué que nous étions prêts à dialoguer avec l'Antitrust", a assuré Georges Pauget.

Voir également:

* Rome pourrait enquêter sur Generali-Agricole [ID:nLB739103]

* Cdt agricole assure que les pertes sur Intesa seront comptabilisées [ID:nLB326666]

* Emporiki (Cdt agricole) creuse ses pertes au T1 [ID:nLB9180]

Matthieu Protard, édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below