NRJ - Recul du CA au T1, baisse des revenus publicitaires

mercredi 13 mai 2009 19h35
 

PARIS, 13 mai (Reuters) - NRJ Group (SONO.PA: Cotation) a annoncé une baisse de 5,6% de son chiffre d'affaires au premier trimestre en raison de la forte dégradation de ses revenus publicitaires.

Dans un communiqué, le groupe de médias souligne que le contexte économique reste à ce stade très dégradé au deuxième trimestre 2009.

"Le groupe n'a pas observé d'inversement de tendance sur ses recettes publicitaires du mois d'avril et la visibilité reste particulièrement faible", ajoute NRJ, précisant qu'il poursuivait ses efforts sur les coûts.

Le chiffre d'affaires du groupe (hors échanges) a totalisé 75,4 millions au cours des trois premiers mois de 2009 contre 74,4 millions un an plus tôt.

Hors téléphonie mobile, le groupe affiche une légère croissance (+1,3%). NRJ a déconsolidé l'opérateur télécoms NRJ Mobile depuis le 1er mai 2008 après avoir ramené sa participation de 50% à 10% au profit de son partenaire CM-CIC.

Le groupe avait prévenu fin mars que son chiffre d'affaires radio en France, qui représente les deux tiers du total, devrait accuser au premier trimestreune chute supérieure à celle de 14,6% du quatrième trimestre 2008.

Le chiffre d'affaires du pôle Médias Musicaux et Evénementiel est tombé à 44,1 millions d'euros (contre 54,1 millions d'euros au 1er trimestre 2008), soit une baisse de 18,5% dont 19% relative aux seules activités de radio qui subissent les effets de la crise économique.

NRJ Group, qui possède les radios NRJ, Nostalgie, Chérie FM, Rire & Chansons et MFM et les chaînes de télévision NRJ 12, NRJ Hits et NRJ Paris, ne fournit pas prévisions pour l'ensemble d'année en raison du manque de visibilité.

Le groupe, qui a accusé en 2008 une perte nette inattendue, a renoncé à verser un dividende pour la première fois de son histoire et annoncé la poursuite de ses mesures d'économies en 2009.

L'action a clôturé mercredi en baisse de 2,06% à 4,75 euros, soit une capitalisation d'environ 420 millions d'euros. Elle a cédé près de 10% depuis le début de l'année, après avoir reculé de 24% en 2008.

(Jean-Michel Bélot et Cyril Altmeyer)