November 16, 2009 / 6:50 AM / 8 years ago

LEAD 4 EADS - Pas de prévision de REX 2009, résultats en baisse

7 MINUTES DE LECTURE

* Trésorerie nette à E8,1 mds, la consommation de cash devrait être inférieure à E1 md en 2009

* L'A400M, l'A380 et le dollar continuent de peser

* Objectifs annuels d'Airbus maintenus

* L'action en nette hausse

(Actualisé avec cours de Bourse, nouvelles déclarations, détails)

par Matthias Blamont et Helen Massy-Beresford

PARIS, 16 novembre (Reuters) - EADS EAD.PA a estimé lundi qu'il lui était impossible de fournir une prévision précise de résultats pour 2009 compte tenu des incertitudes planant sur ses deux programmes phares, l'A400M et l'A380, mais a rassuré les marchés sur sa trésorerie.

Le géant européen d'aéronautique et de défense a fait état de résultats trimestriels en baisse, conséquence de la détérioration de ses taux de couverture de change et de l'augmentation de ses frais de R&D, tout en maintenant les objectifs annuels d'Airbus, sa première division.

L'action EADS progressait de 3,38% à 13,6 euros à la Bourse de Paris et signait la plus forte hausse du CAC 40 .FCHI vers 12h50. "La performance du groupe sur le cash est exceptionnelle. Ils (EADS) ont beaucoup de mérite", commente Sandy Morris, analyste auprès de RBS. A fin septembre, la trésorerie nette d'EADS s'élevait à 8,1 milliards d'euros, contre 9,1 milliards à fin décembre 2008.

"Le groupe subit des effets de change négatifs qui devraient persister sur 2010 et accentuer la pression sur les marges. L'exercice 2010 s'annonce 'tendu'", avertissent de leur côté les analystes de CM-CIC Securities dans une note de recherche.

Maux De Tete

De fait, EADS affronte à la fois le ralentissement économique, qui freine la demande des compagnies aériennes pour de nouveaux appareils, et, depuis plusieurs mois, le regain de vigueur de l'euro contre le dollar, destructeur pour ses profits alors que les ventes d'avions sont libellées en dollars.

"La parité euro-dollar constitue sans aucun doute l'un de nos plus gros maux de tête", a confirmé Hans Peter Ring, directeur financier d'EADS, lors d'une conférence téléphonique.

"En raison des incertitudes en cours sur le montant des charges potentielles liées aux programmes A400M et A380 au quatrième trimestre, EADS n'est pas en mesure de donner une estimation concernant son EBIT avant amortissement des écarts d'acquisition et éléments exceptionnels pour 2009", soulignait le groupe dans un communiqué transmis avant l'ouverture des marchés.

"Dans l'hypothèse d'un scénario de maintien du programme, la provision au titre du programme A400M, pour lequel 2,4 milliards d'euros ont déjà été passés en charges, peut déboucher sur un large éventail de possibilités et pourrait considérablement affecter les comptes", ajoutait-il.

L'avion de transport militaire A400M, dont le développement est estimé à quelque 20 milliards d'euros, constitue le programme le plus risqué d'EADS. En retard de près de quatre ans en raison de difficultés techniques, il a conduit l'entreprise à solliciter la redéfinition des modalités financières du contrat avec les sept pays de l'Otan à l'origine du projet.

Baisse Des Prises De Commandes

Le gros porteur A380 constitue l'autre programme difficile du groupe. Sa production en série reste compliquée par les exigences spécifiques de certaines compagnies.

Au cours de la période juillet-septembre, le résultat avant intérêts, impôts, dépréciation, amortissements et éléments exceptionnels d'EADS plonge de 77% à 201 millions d'euros.

La perte nette trimestrielle ressort à 87 millions d'euros, à comparer à un bénéfice de 679 millions un an plus tôt, et le chiffre d'affaires s'inscrit à 9,52 milliards, en baisse de 2%.

Les analystes interrogés par Inquiry Financial Europe anticipaient un résultat opérationnel avant intérêts, impôts, dépréciation, amortissements et éléments exceptionnels de 296 millions (Plus de détails sur [ID:nLC487821]) et un résultat opérationnel de 120 millions.

Sur les neuf premiers mois de l'année, l'impact des retards du programme A400M sur le résultat d'exploitation s'élève à 224 millions d'euros.

Signe de la dégradation du contexte économique, les prises de commandes totalisent 24,6 milliards d'euros alors qu'elles atteignaient 88,7 milliards d'euros l'an passé.

"L'accroissement des volumes et les économies réalisées dans le cadre du plan Power8 ont été largement absorbés par la dégradation des taux de couverture, les hausses de coûts et la détérioration du prix des livraisons d'appareils", précise EADS.

Pour parer au raffermissement de la devise européenne, EADS avait annoncé fin 2006 le lancement du programme "Power 8" qui doit permettre à Airbus d'économiser 2,1 milliards d'euros par an à partir de fin 2010.

EADS note toutefois qu'Airbus devrait enregistrer 300 commandes brutes cette année et livrer environ 490 appareils. La consommation de flux de trésorerie du groupe devrait être inférieure à un milliard d'euros, hors effet A400M.

Voir aussi:

* Plus de détails sur les résultats: [ID:nWEA1156]

* Airbus évoque des progrès sur l'A380: [ID:nWEA1266]

* Les principales données financières d'EADS : here

Edité par Jean-Michel Bélot, Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below