13 octobre 2009 / 12:42 / dans 8 ans

LEAD 2 J&J - C.A. décevant, bénéfice supérieur au consensus

* C.A. -5,3%, affecté par les génériques

* le BPA du T3 bat le consensus

* l‘action recule de plus de 2,5%

(actualisé avec commentaires d‘analyste, directeur financier, détails)

par Ransdell Pierson et Lewis Krauskopf

NEW YORK, 13 octobre (Reuters) - Johnson & Johnson (JNJ.N) a publié mardi un chiffre d‘affaires trimestriel inférieur aux attentes du marché, en raison notamment de ventes décevantes dans les médicaments sur ordonnances et les stents.

A Wall Street, son titre dévissait de 2,7% à 60,84 dollars vers 14h15 GMT.

Le groupe diversifié dans le domaine de la santé a néanmoins dégagé un bénéfice supérieur au consensus et relevé sa prévision de bénéfice annuel, une performance largement imputable à ses baisses de coûts.

“Je crois qu‘on aurait été plus satisfait si le chiffre d‘affaires était plus élevé et le coup sur le bénéfice moins voyant”, juge Jan Wald, analyste chez Noble Financial Group.

Johnson & Johnson a annoncé un bénéfice en hausse de 1,1% au troisième trimestre, à 3,35 milliards de dollars, soit 1,20 dollar par action. Un an auparavant, le bénéfice était de 3,31 milliards de dollars (1,17 dollar par action).

Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donnait un BPA de 1,13 dollar.

Selon le directeur financier du géant américain Dominic Caruso des impôts moins élevés que prévu sur le trimestre ont dopé le BPA de 5 cents par action.

Cet effet positif se poursuivra au quatrième trimestre, a-t-il ajouté lors d‘une conférence téléphonique, ajoutant 7 cents au BPA annuel et compensant l‘effet négatif de certaines acquisitions.

Le C.A. a diminué de 5,3% à 15,08 milliards de dollars (consensus: 15,22 milliards de dollars). Il n‘aurait reculé que de 2,8% si le cours du dollar n‘avait pas handicapé les ventes à l’étranger.

Le groupe américain précise que les ventes de médicaments sur ordonnance ont baissé de plus de 14%, en raison de la concurrence exercée par les génériques sur le Topamax, un traitement de l’épilepsie, et le Risperdal, un traitement de la schizophrénie.

Les médicaments contre l‘anémie Procrit et Eprex ont continué à peiner en raison de doutes sanitaires, qui ont fait plonger les ventes de 12% à 542 millions de dollars.

Le traitement anti-arthrite Remicade a vu ses ventes progresser de 6% à 1,04 milliard de dollars malgré la faiblesse de l’économie mondiale, une performance néanmoins bien loin de la hausse de 24% enregistrée au 2e trimestre.

“L‘important dans toutes les entreprises aujourd‘hui, c‘est le chiffre d‘affaires -- sont-elles capables de générer des ventes ?”, souligne Jan Wald.

Les ventes de matériel médical ont augmenté de 2,3% à 5,8 milliards de dollars ; mais le Cypher, un modèle de stent (mèche rigide en acier insérées dans les artères coronariennes que l‘on a préalablement désobstruées), a une nouvelle fois souffert de la concurrence aux Etats-Unis et dans le reste du monde.

De leur côté, les ventes de produits d‘hygiène ont cédé 2,7% à 3,99 milliards de dollars, pénalisées par les effets de change, même si le segment a moins souffert qu‘au 2e trimestre.

Sur l‘ensemble de l‘année 2009, Johnson & Johnson prévoit un bénéfice par action compris entre 4,54 et 4,59 dollars, hors exceptionnels.

Ransdell Pierson et Lewis Krauskopf, version française Wilfrid Exbrayat et Jean Décotte

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below