October 14, 2009 / 4:19 PM / in 8 years

LEAD 2 Casino - Baisse des ventes au T3 à cause de la France

6 MINUTES DE LECTURE

* Progression à l'international grâce aux pays émergents

* Objectifs financiers confirmés

* Toujours "confortable" avec le consensus de résultat opérationnel 2009

(Actualisée avec réactions d'analystes, déclarations du directeur financier)

Par Noëlle Mennella

PARIS, 14 octobre (Reuters) - Casino (CASP.PA) a annoncé mercredi une baisse de 1,4% de son chiffre d'affaires consolidé au troisième trimestre 2009 plombé par la faiblesse de ses activités en France tandis que l'international a de nouveau progressé grâce au dynamisme des pays émergents.

Au cours d'une réunion avec des analystes, Antoine Giscard d'Estaing, le directeur financier du cinquième distributeur français a confirmé que le groupe était "confortable" avec le consensus des analystes qui tablaient sur un résultat opérationnel de 1,25 milliard d'euros pour l'exercice 2009 contre 1,28 milliard en 2008.

A taux de change et périmètre constants, les ventes trimestrielles du cinquième distributeur français ont diminué de 1,9% à 7.116,9 millions alors que selon le consensus réalisé par la rédaction de Reuters, le marché tablait sur 7.173 millions.

Dans un communiqué, l'entreprise stéphanoise dit avoir maintenu la contribution de Super de Boer SDB.AS, sa filiale à 57%, dans son chiffre d'affaires du troisième trimestre, malgré les offres dont elle fait l'objet. (Plus de détails [ID:nL576438] et [ID:nLI133604]).

En France, le chiffre d'affaires a totalisé 4.489,3 millions (consensus 4.526 millions) tandis qu'à l'international, il a crû de 6% au troisième trimestre avec un effet périmètre positif de 5,4% et un effet de change défavorable de 2,1%.

Au total, les taux de change ont eu un effet défavorable de 0,7% tandis que la baisse du prix de l'essence a eu un impact négatif de 0,9%. L'effet calendaire est neutre sur la période. Hors impact de l'essence, la décroissance organique du groupe s'établit ainsi à -1,0% sur la période.

Chez Natixis, Pierre-Edouard Boudot, estime que les économies de coûts que le groupe compte réaliser en 2009 vont lui permettre de compenser "un top line moins bon".

Sous couvert d'anonymat, un autre analyste constate que le distributeur "a été secoué dans un environnement extrêmement compétitif" et qu'il "va devoir lutter pour préserver ses marges".

Chute Des Hypers Et De Leader Price

Niamh McSherry (Sanford C. Bernstein) considère que le groupe a mis en place la bonne stratégie mais que celle-ci pourrait s'avérer insuffisante si la déflation devait s'aggraver.

Casino a augmenté son plan de réduction de coûts à 300 millions d'euros sur deux ans, dont 150 millions en 2009, contre uniquement 150 millions sur 2009 annoncés jusque là.

Le groupe a même précisé que le montant de 150 millions d'euros pourrait être dépassé cette année car les économies réalisées sur le second semestre pourraient être supérieures à celles du premier.

Les hypermarchés du groupe ont accusé une chute de leurs ventes à magasins comparables hors essence de 6,3%. Le trafic et le panier moyen reculent l'un et l'autre de 3,2% tandis que le chiffre d'affaires en alimentaire a diminué de 4,7%.

A magasins comparables, les ventes à magasins comparables de Leader Price ont reculé de 10,3% tandis que celles de Franprix se sont effritées de 0,7%.

Le groupe stéphanois réalise 35% de son chiffre d'affaires en supermarchés, 33% en hypermarchés, 15% en discount et 17% en commerce de proximité.

Au troisième trimestre, les ventes de ses autres activités (Cdiscount, Mercialys, Casino Restauration, Banque Casino) ont augmenté de 5,1% au troisième trimestre. La croissance organique de l'international s'est élevée à 2,8%, tirée par l'Amérique du Sud (+5,2%), en particulier le Brésil, tandis que l'Asie affiche des ventes en organique quasi stables (-0,9%).

Au final, Casino confirme son objectif d'améliorer son ratio dettes financières nettes/Ebitda à fin 2009 et d'atteindre un ratio inférieur à 2,2 à fin 2010.

Enfin, Casino mentionne une intensification de "ses actions visant à renforcer l'attractivité commerciale de ses enseignes et à maîtriser ses marges, notamment par l'accélération de son programme de réduction de coûts et l'optimisation de son mix, tant en alimentaire qu'en non alimentaire".

Il rappelle que sa flexibilité financière sera renforcée par l'amélioration de la génération de free cash flow et la mise en oeuvre d'un programme de cessions d'actifs d'environ un milliard d'euros d'ici fin 2010.

L'action Casino a clôturé mercredi à 55 euros (+1,38%). Le titre est stable depuis le début de l'année (-0,17%) après les 27,5% lâchés en 2008.

Avec la contribution de Lionel Laurent édité par Jean-Michel Bélot et Matthieu Protard

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below