13 mai 2009 / 11:06 / il y a 8 ans

SYNTHESE Début d'année rude pour ING et Allianz, Dexia s'en sort

* Les dépréciations pèsent sur les trimestriels d'Allianz (ALVG.DE)

* Les pertes d'ING ING.AS supérieures aux attentes au T1

* Recul du bénéfice trimestriel d'Unicredit (CRDI.MI)

* Dexia (DEXI.BR) signe un trimestre meilleur qu'attendu

* AG de BNP Paribas (BNPP.PA) et Dexia dans la journée

* Les indices européens de la banque et de l'assurance reculent

AMSTERDAM/FRANCFORT, 13 mai (Reuters) - Des poids lourds européens de la banque et de l'assurance comme Allianz, ING et Unicredit ont publié mercredi des résultats trimestriels pénalisés par la crise financière et économique, mais Dexia s'est distingué par un bénéfice meilleur qu'attendu.

Dexia (DEXI.BR) et BNP Paribas (BNPP.PA) tiennent par ailleurs tous deux leur assemblée générale d'actionnaires cet après-midi et Natixis (CNAT.PA) publie ses résultats du premier trimestre après la clôture.

Dans l'assurance, l'allemand Allianz (ALVG.DE) a dégagé un léger bénéfice net au premier trimestre, mais le résultat opérationnel de ses différentes branches a chuté de près d'un tiers, en raison des dépréciations réalisées sur le portefeuille d'actions du groupe.[ID:nLD483130]

Le bénéfice net trimestriel du premier assureur européen a plongé de 98% à 29 millions d'euros, alors que le résultat opérationnel global a reculé de 36% à 1,424 milliard d'euros.

Le titre Allianz cédait 3,7% à 72,77 euros en milieu de journée à la Bourse de Francfort, alors que l'indice européen des valeurs de l'assurance reculait de 2% .SXIP.

Le français Axa (AXAF.PA), grand concurrent d'Allianz, a fait état le 7 mai d'un recul de 2% de son chiffre d'affaires à 27,6 milliards d'euros, au titre du premier trimestre. [ID:nL7247543].

L'assureur britannique Legal & General (LGEN.L) a publié mercredi un CA supérieur aux attentes au premier trimestre mais a averti que 2009 ne serait pas de tout repos pour le secteur.

"DIFFUSION DE LA CRISE"

Dans la bancassurance, Le groupe néerlandais ING ING.AS a publié une perte nette trimestrielle bien plus lourde que prévu en raison de charges exceptionnelles et d'une activité dans l'assurance nettement affaiblie.[ID:nLD680524]

L'action ING reculait de 5,88% à 7,36 euros L'indice sectoriel des banques européennes .SX7P abandonnait plus de 3%.

"Les conditions de marché sont restées difficiles au premier trimestre, alors que les marchés actions et les prix de l'immobilier ont poursuivi leur recul, que les spreads de crédit sont restés élevés et que les pertes sur les prêts ont progressé, la crise se diffusant des marchés financiers à l'économie réelle", écrit le directeur général d'ING, Jan Hommen, dans le communiqué de résultats.

La perte trimestrielle d'ING est ressortie à 793 millions d'euros, contre un consensus d'analystes de -451 millions. Elle est à comparer avec un bénéfice de 1,54 milliard d'euros réalisé au premier trimestre 2008.

La banque italienne UniCredit (CRDI.MI) a fait état d'un bénéfice net trimestriel de 447 millions d'euros, en recul de 58% mais conforme aux attentes du marché puisque le consensus des analystes était ressorti à 447 millions aussi.[ID:nLD587820]

L'administrateur délégué du groupe, Alessandro Profumo, a déclaré par ailleurs que l'établissement discutait toujours de sa participation à un dispositif d'aide de Rome et Vienne aux banques.

Le titre UniCredit perdait 1,66% à 2,07 euros.

A l'inverse, l'action Dexia gagnait 2,84% à 4,34 euros.

Dexia (DEXI.BR), leader mondial du financement des collectivités territoriales, a agréablement surpris les marchés avec un bénéfice net au premier trimestre supérieur aux attentes, grâce notamment à des charges moins élevées que prévu, entraînant la hausse de l'action.[IDnLD373196]

Sauvé de la faillite à l'automne dernier, Dexia a indiqué avoir réalisé un résultat net de 201 millions d'euros, alors que les analystes attendaient 86 millions seulement, selon le consensus établi par Inquiry Financial Intelligence.

"On remarque un retour à la rentabilité. C'est encourageant", note Christophe Ricetti, analyste chez Natixis. "Mais le financement à long terme de Dexia et l'avenir de la banque restent un sujet."

Bureaux de Paris, Francfort, Milan, version française Stanislas Dembinski, avec Matthieu Protard, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below