13 février 2009 / 07:09 / dans 9 ans

LEAD 3 Pernod Ricard révise son objectif de ROC annuel

* Bénéfice opérationnel meilleur que prévu au S1

* La croissance organique du ROC annuel devrait être de 5-8%

* Le bénéfice net courant pdg vu en hausse à deux chiffres.

* Forte hausse du titre

(Actualisé avec commentaires d‘analystes, entretien directeur financier)

par Noëlle Mennella

PARIS, 13 février (Reuters) - L‘intégration du suédois Vin & Sprit a permis à Pernod Ricard (PERP.PA) d‘accroître de 24% son résultat opérationnel courant (ROC) au premier semestre de son l‘exercice 2008-2009 pourtant marqué par un environnement difficile.

Néanmoins le marque de visibilité lié à ce contexte a incité le n°2 mondial des vins et spiritueux à réviser son objectif de croissance interne de son ROC courant pour la totalité de l‘exercice à une fourchette de 5% à 8% contre 8% prévu jusqu’à présent.

Cette prudence n‘a pas pesé en Bourse ou les analystes saluent la confirmation de la perspective de progression à deux chiffres du bénéfice net courant du groupe 2008-2009 qui, pour la première fois, dépasserait un milliard d‘euros.

Ainsi vers 11h45, le titre s‘adjugeait 6,03% à 49 euros, signant la plus forte hausse du CAC 40 lequel montait alors de 2,2% quand l‘indice sectoriel européen .SX3P ne prenait que 0,43%.

“Le groupe devrait confortablement atteindre son objectif d‘une progression de 8% en organique de l‘opérationnel. Outre le caractère toujours très prudent des prévisions du groupe, les synergies mises en place après l‘acquisition d’(e la marque de vodka suédoise) Absolut, la force du réseau et des marques, et le redressement du dollar sur la fin 2008 permettent d’être relativement optimistes”, commente Jean-Marie Lhomé, analyste chez Aurel.

PLUS DE UN MILLIARD DE FREE CASH FLOW

Pour l‘ensemble de l‘exercice 2008/09, l‘objectif est d‘atteindre un free cash flow courant proche d‘un milliard d‘euros et pour chacun des exercices 2009/10 et 2010/11, l‘objectif est de générer un montant de free cash flow supérieur à un milliard d‘euros, ajoute le groupe.

Il affirme que sur la base des taux d‘intérêt et des couvertures actuelles, le coût moyen de la dette devrait être inférieur à 5% sur l‘ensemble de l‘exercice 2008/09 et proche de 4% sur l‘exercice 2009/10.

“Cette forte génération de cash et le programme de cession d‘actifs pour un milliard d‘euros, permettront de poursuivre l‘amélioration rapide des ratios d‘endettement, déjà engagée sur le premier semestre 2008/09. L‘objectif d‘un ratio dette nette/Ebitda proche de 4 au 30 juin 2011 est donc confirmé”, promet Pernod Ricard.

La dette nette au 31 décembre 2008 ressort à 12.956 millions d‘euros.

Dans une interview téléphonique accordée à Reuters, le directeur financier Emmanuel Babeau a déclaré que le groupe avait gagné des parts de marché dans plusieurs pays au cours du premier semestre 2008-2009.

Il a assuré que contrairement au leader du secteur, le britannique Diageo (DGE.L), Pernod Ricard n‘engagera pas de vaste plan de restructuration. Le directeur financier a aussi souligné que la société avait augmenté ses dépenses publi-promotionnels à 731 millions sur le semestre (+17%) alors que ses concurrents les ont plutôt diminué.

Au premier semestre, le résultat opérationnel courant (ROC) du groupe s‘est chiffré à 1.196 millions d‘euros au regard du consensus Reuters Estimates de 1.159,5 millions. Le taux de marge opérationnelle s‘est élevé à 28,4%, en amélioration de 240 points de base par rapport à l‘exercice précédent à change constant.

V&S APPORTE 164 MILLIONS D‘EUROS

L‘intégration des activités de la société suédoise Vin & Sprit a apporté sur cinq mois et sept jours 164 millions d‘euros au résultat opérationnel courant du premier semestre 2008/2009.

Chez CM-CIC, l‘analyste François-Xavier Archambault qualifie de “solides” les résultats et les perspectives présentés par Pernod Ricard et observe que l’élargissement de l‘objectif de croissance du ROC était “attendue”.

Toutes les régions ont connu une croissance à deux chiffres de leur résultat opérationnel courant avec une croissance de 23% en Asie/Reste du Monde (croissance interne de +18%).

Les effets devises et périmètre ont particulièrement renforcé la croissance de la région Amériques, dont le ROC a bondi de 46%. Le chiffre d‘affaires est en léger recul aux Etats-Unis (-2%), sur un marché plus difficile et pénalisé par le destockage de la distribution.

En Europe, la croissance interne a été assurée par l‘Europe de l‘Est (Russie, Pologne, Roumanie…) et par de bonnes progressions en Allemagne et en Suède avec des situations plus difficiles en Espagne, au Royaume-Uni et en Italie, précise le groupe.

Le bénéfice net part du groupe s‘est établi à 615 millions d‘euros (631,5 millions escomptés par les analystes), soit une hausse de 5% tandis que le bénéfice net courant part du groupe a crû de 15% à 685 millions.

Le chiffre d‘affaires a totalisé 4.212 millions d‘euros (4.281 millions d‘euros prévus par les analystes). Sa croissance interne a été de 5% “malgré un environnement plus difficile au deuxieme trimestre”. Les 14 marques stratégiques (hors Absolut), progressent de 1% en volume et de +6% en valeur.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below