12 février 2009 / 07:47 / il y a 9 ans

LEAD 3 Nexans chute en Bourse, dégradation de marge en vue en 09

* L'action chute de plus de 11% en raison de la dégradation attendue de la marge en 2009 à 6% contre 8,9% en 2008

* Evolution du CA 2009 prévue entre 0% et -7%

* Eventuel impact significatif des enquêtes de la concurrence

Par Nathalie Meistermann

PARIS, 12 février (Reuters) - L'action du fabricant de câbles Nexans (NEXS.PA) dévisse en Bourse jeudi après l'annonce d'une prévision de forte dégradation de sa marge en 2009, à 6% contre 8,9% en 2008, dans un "contexte difficile" qui se traduira au mieux par une stabilité de son activité.

Vers 11h20, l'action cède 12,45% à 40,6450 euros alors que l'indice européen des valeurs technologiques .SX8P est en recul de 1,91% au même moment. Les analystes s'inquiètent de la chute de la rentabilité en 2009 à 6% alors qu'ils attendaient entre 7% et 8%, et que la société elle même avait annoncé il y a un an prévoir une marge comprise entre 7% à 10%.

La prévision d'un éventuel impact "significatif" des enquêtes en cours sur des infractions éventuelles au droit à la concurrence pèse également sur l'action. Natixis met en avant "une bonne publication 2008" et des "perspectives 2009 moroses" alors qu'Oddo titre sur la "forte dégradation des marges en 2009" et la Société générale sur un "nouvel objectif décevant après un deuxième semestre solide".

UNE ANNEE DIFFICILE EN VUE

"Nous avons mobilisé nos équipes sur un objectif de marge opérationnelle minimum de 6% cette année qui s'annonce difficile", a déclaré le directeur général délégué du groupe Frédéric Vincent lors d'une conférence téléphonique.

Il a précisé que cet objectif se fondait sur une hypothèse d'évolution du chiffre d'affaires comprise entre 0% et -7% en 2009.

Le premier trimestre s'annonce "très bon" dans les infrastructures d'énergie et "normal" dans le bâtiment où la demande est soutenue par les déstockages opérés auparavant, explique Frédéric Vincent.

En revanche, son activité dans l'industrie devrait accuser une baisse sous la pression de l'automobile "qui souffre beaucoup", les autres secteurs étant plutôt "mous".

En 2008, le groupe a affiché une croissance organique de ses activités câbles de 6%, alors qu'il visait "plus de 6%", au cours d'un exercice marqué par une "forte dégradation de l'environnement économique" lors du dernier trimestre.

Le chiffre d'affaires annuel ressort à 4.776 millions d'euros, quasiment stable (-1%) sur un an et inférieur au consensus Reuters estimates de 5.084 millions.

En revanche, à 427 millions (+4%), le résultat opérationnel s'avère meilleur que prévu par le consensus Reuters estimates de 418 millions. Le groupe réalise son objectif d'amélioration de sa marge à 8,9% contre 8,5% un an plus tôt.

Le résultat net est divisé par deux à 82 millions contre 189 millions un an plus tôt du fait d'une charge comptable non cash de 165 millions due à un décalage dans le temps entre le coût du cuivre consommé et facturé.

PAS DE PROVISION SUR L'ENQUETE DE LA CONCURRENCE

Un phénomène inverse s'était traduit un an plus tôt par un produit de 296 millions.

Le cash flow libre s'accroît, quant à lui, à 291 millions contre 275 millions de sorte que le dividende est maintenu à 2 euros par action au titre de l'exercice.

La dette nette double à 536 millions, contre 290 millions un an plus tôt, du fait des acquisitions de Madeco et Intercond. Le ratio dette nette sur ebitda demeure "solide" à 0,9 de même que le ratio d'endettement à 33%, indique le groupe.

Nexans rappelle qu'il fait l'objet depuis janvier d'enquêtes en matière de concurrence de la Commission européenne et des autorités de la concurrence en Espagne, au Japon, en Corée du Sud et aux Etats-Unis.

"Sans préjuger des conclusions des enquêtes, mais compte tenu du niveau d'amendes infligées récemment par les autorités américaines et européennes et des conséquences directes et indirectes qui pourraient en résulter, ces événements peuvent avoir un effet défavorable significatif sur les résultats et donc sur la situation financière du groupe", met-il en garde.

Cette analyse ne reflète "aucun pessimisme" de la part de Nexans ni la "reconnaissance de faits soumis à entente" mais une simple "approche statistique" de ce type de dossiers, a indiqué Frédéric Vincent. "Il n'y a pas de provisions à comptabiliser dans les comptes" à ce stade, a-t-il ajouté./NIM

Nathalie Meistermann, édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below