Lego - Bénéfice plus que doublé au S1 malgré l'anémie du marché

mardi 12 août 2008 17h15
 

COPENHAGUE, 12 août (Reuters) - Le numéro un européen du jouet, le danois Lego, a fait état mardi d'un bond de 166% de son bénéfice imposable semestriel, les ventes vigoureuses de ses produits inspirés de "La guerre des étoiles" ou d'"Indiana Jones" lui ayant permis de tirer son épingle du jeu sur un marché mondial en stagnation.

Le groupe a dégagé au premier semestre un bénéfice imposable de 564 millions de couronnes danoises (75,5 millions d'euros) contre 212 millions de couronnes sur les six mois identiques de 2007, grâce à la croissance de ses ventes et à un contrôle étroit de ses coûts.

Lego a souligné avoir réussi cette performance bien que la stagnation du marché mondial du jouet qu'il avait prédite en février soit maintenant devenue réalité.

Le groupe de Billund, dont l'actionnariat est toujours familial, a ajouté que les ventes de ses figurines classiques, comme les policiers et pompiers de la gamme Lego City, continuaient de dépasser les attentes, tout comme celles des produits estampillés "Star Wars".

"De surcroît, la nouvelle licence Lego Indiana Jones s'est extrêmement bien vendue, en particulier sur le marché nord-américain", a ajouté Lego.

La concurrence internationale est très vive sur un marché mondial qui pèse 50 milliards de dollars, et les fabricants de jouets plus traditionnels sont aussi confrontés à l'évolution des goûts des enfants avides de jeux informatiques et de gadgets électroniques.

Lego récolte aussi toutefois des royalties substantielles sur les jeux vidéo commercialisés avec sa licence.

Le chiffre d'affaires net du cinquième groupe mondial de jouets par les ventes est ressorti à 3,6 milliards de couronnes sur le semestre écoulé, contre 3,0 milliards un an plus tôt. Pour 2008, il vise environ neuf milliards de couronnes tout en précisant que la saison des fêtes de fin d'année étant si stratégique pour le secteur, toute prévision annuelle comporte un degré élevé d'incertitude.

Le groupe Lego avait accusé d'importantes pertes en 2003 et 2004, mais il a renoué avec les bénéfices en 2005 après avoir engagé un plan d'économies drastiques. /GG

(Kim McLaughlin, version française Gilles Guillaume)