November 13, 2008 / 5:21 PM / 9 years ago

LEAD 2 Crédit agricole - Forte remontée du coût du risque au T3

6 MINUTES DE LECTURE

* Bénéfice net en baisse de 61,7% à E365 mlns au T3

* Coût du risque multiplié par 2,7 à E740 mlns au T3

* La banque n'a pas utilisé l'amendement des normes comptables au T3, mais le fera au T4

* PNB "légèrement négatif" dans les activités de marché en octobre

par Matthieu Protard

PARIS, 13 novembre (Reuters) - Crédit agricole SA (CAGR.PA) a annoncé jeudi un résultat net part du groupe en baisse de 61,7% à 365 millions d'euros au troisième trimestre, en raison des pertes de la banque d'investissement Calyon.

Ce résultat reste toutefois supérieur au consensus établi par Reuters (11 analystes interrogés) qui tablait en moyenne sur un résultat net en repli de 68% à 307 millions d'euros.

Pour le troisième trimestre, Crédit agricole SA (CASA) a fait état de provisions en forte hausse avec un coût du risque multiplié par 2,7 à 740 millions d'euros.

Le produit net bancaire (PNB) ressort en repli de 1,9% à 3.999 millions d'euros tandis que les charges augmentent de 8,3% à 3.124 millions d'euros.

Le véhicule coté du groupe Crédit agricole a précisé que l'amendement de la norme comptable IAS 39 permettant de transférer les actifs illiquides n'avait pas été utilisé au troisième trimestre, mais qu'il le sera "à compter du 1er octobre".

Dans la banque de financement et d'investissement, plombée par de lourdes dépréciations depuis l'éclatement de la crise financière à l'été 2007, Calyon affiche une perte nette de 226 millions d'euros, portant la perte nette cumulée sur les quatre derniers trimestres à près de 3,78 milliards.

La perte du trimestre se révèle toutefois moins élevée que les prévisions des analystes qui tablaient en moyenne sur une perte nette de 406 millions d'euros.

PERFORMANCES "PAS DÉSASTREUSES" DANS LES DÉRIVÉS EN OCTOBRE

Pour le mois d'octobre affecté par les fortes turbulences sur les marchés financiers, la banque a prévenu que le produit net bancaire avait été "légèrement négatif" dans les activités de marchés et d'investissement.

"En octobre, les performances moins bonnes, mais pas désastreuses, dans les activités de dérivés ont été compensées par un mois correct pour les courtiers", a déclaré Bertrand Badré, le directeur financier de la banque lors d'une conférence téléphonique.

"Dans la banque de financement, le PNB est en ligne pour le mois d'octobre", a-t-il ajouté sans donner d'indications chiffrées.

Dans la banque de détail, LCL affiche un produit net bancaire en hausse de 3,3% à 914 millions d'euros et un résultat net quasiment stable (+0,1%) à 159 millions d'euros.

La contribution des Caisses régionales consolidées à hauteur de 25% dans le résultat net de CASA se contracte de 23,6% à 136 millions d'euros, un chiffre inférieur aux attentes des analystes.

Crédit agricole, qui a procédé en juin dernier à une augmentation de capital de 5,9 milliards d'euros pour renforcer ses fonds propres, fait état à fin septembre d'un ratio de solvabilité Tier One de 8,5%.

"PRAGMATIQUE" SUR LE PLAN FRANÇAIS DE RECAPITALISATION

Interrogé sur la possibilité pour le Crédit agricole de solliciter les trois milliards d'euros que l'Etat français s'est dit prêt à investir dans la banque via la souscription de titres hybrides, Georges Pauget, le directeur général, a déclaré que le groupe se montrera "pragmatique".

"Nous examinerons la possibilité d'émettre des titres hybrides en fonction des conditions", a-t-il répondu soulignant que la Commission européenne n'avait pas encore donné son feu vert au plan de recapitalisation de 10,5 milliards d'euros.

Son ratio Tier One serait dès lors porté à 9%.

A l'image de Natixis (CNAT.PA) qui a annoncé jeudi soir une perte nette de 234 millions d'euros pour son troisième trimestre, la Banque verte a entamé en septembre un recentrage des activités de sa filiale Calyon qui passera par l'abandon des activités de produits structurés de crédit et des produits dérivés exotiques.

Elle a également prévu un programme de cessions d'actifs de cinq milliards d'euros.

Pressé de répondre sur l'état d'avancement de ce plan de cessions, Georges Pauget a répondu qu'"il n'y avait pas d'urgence à céder des actifs".

A la Bourse de Paris, le titre a terminé jeudi en baisse de 3,59% à 9,4 euros.

A ce cours, il cède 55,8% de sa valeur depuis le début de l'année, surperformant sensiblement l'indice sectoriel DJ Stoxx .SX7P des banques européennes qui abandonne 60% depuis fin 2007./

Édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below