LEAD 1 Rexel - Ventes 2008 attendues stables, voire en baisse

mercredi 12 novembre 2008 08h26
 

PARIS, 12 novembre (Reuters) - Rexel (RXL.PA: Cotation) a prévenu mercredi que ses ventes 2008 seraient stables ou en légère diminution compte tenu du ralentissement économique et de la baisse des prix des matières premières.

Le distributeur de matériel électrique, qui tablait jusqu'ici sur un chiffre d'affaires en progression limitée, a néamoins confirmé son objectif de marge d'Ebita (résultat avant intérêts, impôts et amortissement), à 5,4%, niveau comparable à celui de 2007.

Sur les neuf premiers mois de l'année, Rexel a vu son chiffres d'affaires augmenter de 2% à 9,43 milliards d'euros. L'Ebita s'est établi à 520,5 millions d'euros, soit à 5,5% du chiffre d'affaires, tandis que le résultat net a atteint 294 millions d'euros, à comparer à 86,9 millions d'euros sur la période correspondante de 2007.

Le groupe a intégré à son périmètre l'activité du néerlandais Hagemeyer dont il a pris le contrôle en mars 2008 pour 3,1 milliards d'euros. Sur la seule période juillet-septembre, le résultat net totalise 34,6 millions d'euros, contre 67,9 millions un an plus tôt, pour un chiffre d'affaires de 3,44 milliards, en hausse de 29%.

"Au 30 septembre 2008, la liquidité du groupe est supérieure à un milliard d'euros, ceci comprenant 465 millions d'euros de trésorerie nette des découverts et 585 millions d'euros non tirés sur les lignes de crédits. La liquidité de Rexel est largement supérieure aux échéances de remboursement de dette cumulées d'ici mi-2011", souligne la société dans un communiqué.

"Comme nous l'avions anticipé pour le second semestre, nos principaux marchés ralentissent. Nous avons continué à prendre des mesures pour atteindre la marge d'Ebita visée autour de 5,4% en 2008 même si nos ventes étaient légèrement inférieures à nos attentes initiales du fait de la dégradation de la situation économique et de la baisse du prix des matières premières", déclare Jean-Charles Pauze, président du directoire de Rexel, dans le document. /MB

(Matthias Blamont, édité par Jacques Poznanski)