August 11, 2009 / 7:08 AM / 8 years ago

LEAD 1 Les comptes d'Adecco à nouveau dans le rouge au T2

4 MINUTES DE LECTURE

* Perte inattendue au T2

* Acquisition en Grande-Bretagne

* Le titre ouvre en baisse de plus de 5%

ZURICH, 11 août (Reuters) - Adecco SA ADEN.VX a fait état mardi une perte inattendue pour son deuxième trimestre 2009, tout en annonçant dans le même temps une acquisition en Grande-Bretagne.

A la suite de ces annonces, le titre du leader mondial du placement de personnel, a ouvert en baisse de plus de 5% à la Bourse de Zurich.

"Beaucoup de déceptions, comparé aux chiffres du concurrent Manpower (MAN.N)", estiment les analystes de la banque Wegelin dans leur fax du matin, qui doutent par ailleurs du bien-fondé de l'acquisition de Spring Group.

"La Grande-Bretagne n'est sûrement pas l'endroit où il faut être pour le placement de personnel", soulignent-ils.

Adecco va lancer une offre publique d'acquisition sur son rival britannique Spring Group SPGR.L au prix de 62 pence par action en espèce. Ce dernier, qui a enregistré en 2008 un chiffre d'affaires de 517 millions de livres, soutient l'opération, ajoute Adecco dans un communiqué.

Cette acquisition n'occulte pas le fait que le groupe suisse a accusé une perte de 147 millions d'euros pour son deuxième trimestre, après un bénéfice de 212 millions la même période de l'exercice précédent.

Les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 29 millions d'euros.

La période sous revue a été impactée par des amortissements d'actifs intangibles (goodwill) de 192 millions d'euros, dont 125 millions pour les activités en Allemagne et 61 millions pour l'entreprise allemande Tuja.

Le solde, soit 6 millions, a été inscrit pour la fusion dans la péninsule ibérique de la marque Alta Gestion. Ce rapprochement se traduira par des suppressions d'emplois.

Les activités outre-Rhin ont ainsi accusé une perte Ebita de 3 millions d'euros contre un excédent de 44 millions un an plus tôt.

En outre, Adecco a dû revoir à la hausse ses coûts de restructuration pour ses précédentes réductions d'effectifs à 54 millions d'euros, au lieu des 14 millions initialement prévus.

Les dépréciations ont débouché sur un manque à gagner opérationnel à hauteur de 173 millions d'euros contre un bénéfice de 304 millions. Les analystes tablaient sur un excédent de 55 millions.

Le chiffre d'affaires s'est contracté de 32% à 3.591 millions après 5.202 millions, encore inférieur aux 3.682 millions attendus en moyenne par les marchés.

Quant à la marge brute, elle s'est repliée de 30 points de base à 17,8%.

"Nous nous attendons à ce que les conditions d'activités demeurent exigeantes", a précisé le nouveau directeur général Patrick De Maeseneire, cité dans le communiqué.

La direction n'anticipe pas de redressement et a donc engagé de nouvelles mesures de restructuration pour un coût de 40 millions d'euros qui seront inscrits au second semestre.

Pascal Schmuck, édition Silke Koltrowitz

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below