11 novembre 2008 / 14:51 / dans 9 ans

LEAD 2 Intesa Sanpaolo renonce au dividende, l'action chute

(complété avec déclarations de la direction, cours de Bourse actualisé)

* Aucun dividende en numéraire ne sera versé au titre de 2008.

* Le bénéfice net, en net recul au T3, est inférieur au consensus.

* Le titre, brièvement réservé à la baisse, chutait de 15% en fin de séance.

MILAN, 11 novembre (Reuters) - Intesa Sanpaolo (ISP.MI), la première banque italienne, a publié mardi des résultats en baisse et annoncé une série de mesures destinées à renforcer son bilan, à commencer par l‘abandon du dividende en numéraire au titre de cette année.

Ces nouvelles ont provoqué une forte baisse de l‘action à la Bourse de Milan, conduisant à une brève suspension de la cotation. Quelques minutes avant la clôture, le titre chutait de 15,21% à 2,5675 euros, alors que l‘indice DJ Stoxx européen du secteur bancaire .SX7P reculait de 7,5%.

Intesa Sanpaolo a expliqué avoir “décidé de renforcer rapidement ses ratios de capitalisation”, afin de ne pas donner l‘impression qu‘elle pourrait être mal capitalisée.

Son administrateur délégué Corrado Passera a toutefois exclu “toute possibilité” d‘augmentation de capital.

La suppression du dividende en numéraire et d‘autres mesures devraient permettre à Intesa de porter son ratio de fonds propres “durs” Core Tier 1 de 7,5% à 8%, un niveau comparable à celui de plusieurs de ses grands concurrents européens ayant bénéficié de soutiens publics.

A propos du dividende, Passera a déclaré que le groupe pourrait distribuer à ses actionnaires “quelque chose d‘autre” au titre de 2008.

“Plus vite nous reviendrons à des versements normaux (en terme de dividende, plus je serai content”, a-t-il poursuivi.

Il a expliqué que l‘un des moyens de renforcer la solidité financière de son groupe pourrait être de réévaluer sa participation de 42,26% dans la Banque d‘Italie.

UN PLAN DE SOUTIEN PUBLIC AU SECTEUR EN VUE

Les banques italiennes ont jusqu’à présent mieux résisté à la crise du crédit que la majeure partie du secteur en Europe, grâce à une présence moins importante à l‘international et aux politiques de crédit plus prudentes menées ces dernières années.

Le gouvernement de Silvio Berlusconi pourrait toutefois renforcer prochainement son soutien au secteur, pour emboîter le pas aux autres grands pays européens.

Rome multiplie pour l‘instant les appels aux banques afin qu‘elles ne durcissent pas l‘accès des entreprises au crédit, ce qui risquerait de peser sur l‘activité économique, déjà bien affaiblie.

Mardi, Passera a expliqué que le gouvernement et les banques pourrait aboutir d‘ici quelques jours ou quelques semaines à un accord sur un soutien public au secteur.

UniCredit (CRDI.MI), numéro deux italien du secteur par la capitalisation boursière, a déjà annoncé cinq milliards d‘euros de prêts supplémentaires aux entreprises. Il a parallèlement lancé le mois dernier une augmentation de capital de trois milliards d‘euros et expliqué qu‘il distribuerait des actions au lieu d‘un dividende en numéraire cette année.

Au troisième trimestre, le bénéfice net d‘Intesa Sanpaolo est revenu à 673 millions d‘euros, contre 1,46 milliard sur la période correspondante l‘an dernier. Les analystes financiers anticipaient en moyenne un résultat de 690 millions. /WYE/MA

Jo Winterbottom, version française Wilfrid Exbrayat et Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below