10 novembre 2008 / 13:00 / dans 9 ans

LEAD 3 Le plan de soutien à AIG porté à 150 milliards de dollars

* L‘Etat fédéral achètera pour $40 milliards d‘actions.

* Le taux du prêt de la Fed à AIG est nettement réduit.

* L‘assureur affiche une perte de $24,47 milliards au 3e trimestre.

* L‘action monte nettement à Wall Street dans un marché en baisse.

par Mark Felsenthal et Lilla Zuill

WASHINGTON/NEW YORK, 10 novembre (Reuters) - Les autorités fédérales américaines ont nettement augmenté lundi leur soutien financier à l‘assureur American International Group (AIG.N) (AIG) tout en allégeant le coût des prêts publics dont il bénéficie déjà, prenant ainsi acte de l‘insuffisance d‘un premier plan de sauvetage.

Le nouveau plan prévoit que le Trésor investisse 40 milliards de dollars dans une prise de participation au capital du groupe, afin d’éviter la faillite à ce qu‘il présente comme “une entreprise d‘importance systémique”.

De son côté, la Réserve fédérale assure AIG de quelque 112,5 milliards de dollars de financements, sous forme de prêts ou de rachats d‘actifs.

Le montant global des fonds publics consacrés à sauver AIG avoisine donc désormais les 150 milliards de dollars, soit 27 milliards de plus que dans le plan initial, lui-même déjà passé de 85 milliards de dollars à 123 milliards. Mais cette nouvelle mouture expose les finances américaines à de lourdes pertes potentielles.

Un haut responsable de la Réserve fédérale a toutefois déclaré que le gouvernement était optimiste quant à ses chances de recouvrer les sommes prêtées à AIG et qu‘il pensait même pouvoir en tirer un bénéfice.

Le prêt de la Fed à AIG, dont la durée est portée de deux à cinq ans, est désormais assorti d‘un taux de trois points de pourcentage au-dessus du taux interbancaire Libor à trois mois, au lieu de 8,5 points au-dessus initialement.

“C‘est une mesure exceptionnelle, conçue exclusivement pour AIG”, a déclaré un responsable du Trésor à propos du nouveau plan. “Cela ne vise pas à soutenir les actionnaires d‘AIG. Cela donne à la société la marge de manoeuvre dont elle a besoin, en terme de structure de capital, pour mettre en oeuvre son plan de cessions d‘actifs.”

A la Bourse de New York, l‘action AIG gagnait 11,3% à 2,35 dollars à 18h06 GMT alors que l‘indice Dow Jones cédait 1,11%. Il y a un an, le titre valait encore 57 dollars.

AIG a annoncé parallèlement une perte de 24,5 milliards de dollars au titre du troisième trimestre, la plus lourde de ses 89 ans d‘existence.

Outre les pertes massives subies par le portefeuille d‘investissements du groupe, ce montant inclut plusieurs milliards de dollars d‘indemnisations des dégâts causés par des ouragans ces derniers mois aux Etats-Unis. Au troisième trimestre 2007, le groupe avait affiché un profit de 3,09 milliards de dollars.

24,5 MILLIARDS DE PERTE TRIMESTRIELLE

Le plan de sauvetage révisé prévoit que l‘Etat fédéral américain acquerra pour 40 milliards de dollars de nouvelles actions préférentielles AIG, dans le cadre du plan de soutien au secteur financier de 700 milliards de dollars (dit Tarp ou Troubled Asset Relief Program) adopté par le Congrès.

Ce plan n‘avait pas été voté lors du lancement du plan initial de renflouement d‘AIG mi-septembre. Les actions préférentielles acquises par l‘Etat seront assorties d‘un dividende de près de 10%.

Cette injection permettra à AIG de rembourser partiellement le prêt accordé par la Réserve fédérale, pour le ramener de 85 à 60 milliards de dollars.

La Fed doit par ailleurs fournir un peu plus de 50 milliards au groupe via des rachats de titres dépréciés et la reprise d‘une partie de son portefeuille de prêts.

Un membre de l’équipe de transition formée par le président élu Barack Obama a été mis au courant de ce nouveau plan dans la nuit de dimanche à lundi, a précisé le Trésor.

Washington assure par ailleurs que ce nouveau soutien à AIG ne réduit pas l‘enveloppe de 250 milliards de dollars que le Trésor prévoit d‘injecter dans le capital de banques ou de caisses d’épargne en difficulté.

En revanche, il ramène à 60 milliards le montant des capitaux que le Trésor est susceptible d‘apporter à des entreprises non-financières sans avoir à demander une rallonge au Congrès. Parmi les sociétés concernées figurent notamment les constructeurs automobiles General Motors (GM.N) et Ford (F.N).

Edward Liddy, directeur général d‘AIG, a déclaré que le nouveau plan de sauvetage allait créer “une structure durable de capitaux qui permettra la vente ordonnée de certains actifs, tout en protégeant les intérêts du gouvernement américain et des contribuables.”

Il a ajouté que la Fed et “son influence significative auront un rôle moteur dans le cadre des négociations” sur la vente de ces actifs.

AIG, qui fut un temps le premier assureur mondial par la capitalisation boursière, a notamment été victime de l‘effondrement du marché des swaps de défaut de crédit (CDS), des produits qui lui ont fait subir des milliards de dollars de pertes. La dégradation de sa solidité financière l‘a ensuite obligé à augmenter les collatéraux nécessaires pour couvrir ses positions, le plaçant au bord de la faillite.

Le Trésor a précisé que les principaux dirigeants d‘AIG se verraient soumis aux mêmes restrictions de primes et de parachutes dorés que les autres institutions financières sous perfusion de capitaux publics. /DRO/NDE/MA

Version française Danielle Rouquié, Nicolas Delame et Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below