Office Depot ferme plus de cent magasins, supprime 2.200 emplois

mercredi 10 décembre 2008 18h19
 

CHICAGO, 10 décembre (Reuters) - Le distributeur de fournitures de bureau Office Depot ODP.N a annoncé mercredi qu'il prévoyait de fermer 126 magasins et de supprimer 2.200 emplois en raison de la baisse de la demande des petites entreprises et des particuliers.

Les investisseurs ont salué ces mesures: le titre faisait un bond de plus de 9% à New York.

"Compte tenu de l'environnement macroéconomique difficile, nous saluons l'engagement (d'Office Depot) pour réduire ses dépenses d'investissement et ses efforts pour améliorer son profit opérationnel", commente Michael Souers, analyste à Standard & Poor, dans une note.

Basée à Boca Raton en Floride, la société qui emploie 49.000 personnes, réduira d'environ 4,5% de ses effectifs. La plupart des suppressions d'emploi seront liées aux fermetures de magasins.

Office Depot a l'intention de fermer 112 magasins aux résultats jugés décevants en Amérique du Nord au cours des trois prochains mois. Par ailleurs, 14 magasins seront fermés courant 2009 lorsque leur bail expirera ou au terme d'arrangements pour leur fin de bail.

Le distributeur va également fermer six de ses 33 centres de distribution en Amérique du Nord et projette d'ouvrir 20 nouveaux points de vente en 2009 alors que le chiffre de 40 avait précédemment été avancé.

Office Depot estime que les charges qui en résulteront seront comprises entre 270 millions et 300 millions de dollars et seront comptabilisées sur le quatrième trimestre et en 2009.

L'entreprise a revu à la baisse ses projets d'investissements pour 2009, ramenés à un peu moins de 200 millions de dollars contre 225 millions de dollars prévus en octobre dernier.

Elle a précisé qu'elle envisageait d'autres mesures qui pourraient se traduire par des charges supplémentaires au quatrième trimestre et en 2009. Office Depot réfléchit notamment à des restructurations et à un retrait de certaines activités. /GWB

(Nicole Maestri à New York et Jessica Wohl et Ben Klayman à Chicago, version française Gwénaelle Barzic)